Viré de chez mes parents le jour de mon coming out

Nolan a été expulsé de chez ses parents à 18 ans, le jour de son anniversaire.

Culture Gay : Salut Nolan, ton coming out a viré au drame. Peux-tu nous dire quel âge tu avais et comment tu t’étais préparé à cet évènement ?

Nolan : C’était début janvier, le jour de mon anniversaire, pour mes 18 ans. À l’époque je n’avais pas de petit copain, mais je savais que j’étais gay. J’en avais marre de vivre caché. J’ai pensé que ça me libérerait et que ce serait mieux au niveau de mes amis et de mes proches. J’ai profité du fait que toute la famille soit réunie pour faire mon annonce. Je n’avais aucune idée de comment ça allait se passer. Comme tous les ans, nous avons fait un grand repas. J’ai ensuite soufflé les bougies sur mon gâteau. Les gens sont arrivés avec des cadeaux et j’ai rassemblé tout mon courage pour annoncer à tout le monde que j’étais gay.

 

Culture Gay : Comment tes proches ont-ils réagi ?

Nolan : C’était le drame ! Ma mère a éclaté en sanglots et mon père a dit devant tout le monde “Prends la porte ! Tu n’es plus notre fils !” J’étais désemparé. Je ne savais plus quoi faire. Sous la pression de mon père, je suis sorti dans la rue, sans savoir où aller. Heureusement, mes grands-parents m’ont couru après. Ils ont été formidables, immédiatement. Ils m’ont dit “va chercher tes affaires, tu vas venir à la maison”. Quand je suis revenu, il y avait tout mes cadeaux. Je n’en ai ouvert aucun, sauf celui de mes grands-parents.

 

Culture Gay : Les autres membres de ta famille ne t’ont pas défendu ?

Nolan : Mes grands-parents m’ont beaucoup aidé, ainsi que mon cousin aîné et mon parrain.

 

Culture Gay : Que faisais-tu à l’époque, tu allais encore au lycée ?

Nolan : Oui. Grâce à mes grands-parents, je suis devenu interne, à trois heures de chez moi. Je n’allais pas bien du tout et j’ai manqué de lâcher mes études, alors c’était la meilleure solution. Cette expérience m’a endurci. Je dois ajouter que je suis malentendant. Mon ex-orthophoniste m’a également beaucoup soutenu. C’est grâce à des gens comme eux que je suis encore là aujourd’hui.

 

Culture Gay : As-tu revu tes parents ?

Nolan : Oui, au bout de 5 ans. Ils ont divorcé et ils ont décidé de tourner page. Mais bon, la communication avec eux est très limitée. On ne parle pas de mon homosexualité, de mon handicap, ni de ma maladie (je suis séropositif). En fait, on ne parle jamais de mes problèmes.

 

Culture Gay : Quels conseils donnerais-tu à un jeune gay qui souhaite faire son coming out ?

Nolan : Il ne doit pas se forcer à le faire. Il faut qu’il se sente prêt et que ça vienne naturellement, et surtout, qu’il ne soit pas seul, soit avec sa moitié, soit avec une personne de confiance, amie ou autre… C’est un moment très important dans la vie d’un jeune gay. Vous savez, chaque année, à mon anniversaire, j’ai le blues en pensant au désastre de mon coming out.

 

Culture Gay : Quelle est ta situation aujourd’hui ?

Nolan : Actuellement je suis célibataire, mais j’ai vécu en couple pendant 6 ans on était pacsés.

 

Culture Gay : Quel genre de personne te rendrait aujourd’hui heureux ?

Nolan : J’aimerais rencontrer un homme sincère, qui accepte le dialogue. C’est une question de feeling. Mais je suis optimiste. Vous savez, j’ai le cœur sur la main, toujours prêt à aider ceux qui en ont besoin, je suis sincère et curieux.

 

Culture Gay : Est-ce que tu as regretté d’avoir fait ton coming out ?

Nolan : Au début oui, mais après, non. Je regrette juste la tournure que cela a pris…

 

Culture Gay : Merci beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *