Trois questions à Taram Boyle, l’écrivain gay censuré par Facebook

Les Editions Textes Gais publient un recueil des trois tomes de Taram Boyle, auteurs de romans sentimentaux/érotiques qui ont tous connus un beau succès. C’est l’occasion de prendre des nouvelles de ce jeune auteur qui en intrigue plus d’un.

 

Culture Gay : Bonjour Taram. Pourquoi avoir décidé de sortir vos 3 romans en un seul volume ?

Taram Boyle : Le numérique permet de lire de façon plus libre et on trouve des sagas ou des trilogies vendues ainsi. Ce n’est pas qu’une réédition, les textes ont été légèrement améliorés. Comme ces trois romans ont connu chacun une belle carrière, j’ai pensé que de les proposer tous ensemble à un petit prix serait intéressant pour les lecteurs. Je pense aux plus jeunes gays ou aux gays sans activité qui n’ont pas trop les moyens de s’offrir beaucoup de lecture. Ils ont ici une belle occasion de faire le plein de romance et de fantasmes pour trois fois rien.

 

Culture Gay : Tu es également connu pour tes déboires avec Facebook. Tu es toujours en guerre contre eux ?

Taram Boyle : Non, pas du tout. Ils sont en croisade contre l’érotisme gay avec leur esprit étriqué et puritain. Facebook a censuré plusieurs fois mes posts en prétendant que je ne respectais pas leurs règles de communauté. Seulement leurs règles de communauté ne respectent pas le droit français qui interdit de censurer. Chez nous, montrer un homme nu de dos, n’a rien de scandaleux. Aux USA on fait une attaque dès qu’on voit une paire de fesses, par contre, montrer des actes terroristes, promouvoir l’homophobie, la haine, le racisme, le nazisme, ne pose aucun problème. Plusieurs de mes comptes ont été censurés. Je n’ai plus du tout accès à Facebook d’où j’ai été totalement banni, par contre sur mon ancien compte, toutes mes données et mes anciennes pages sont toujours actives, ce que je trouve assez malhonnête de leur part. Si vous voulez me suivre sur Facebook, allez sur Taram Boyle (page gérée par un tiers). Sinon, il y a Twitter qui est quand même beaucoup plus souple et surtout, tellement moins homophobe.

 

Culture Gay : Tes trois romans ont tous connu le succès. Ils ont été publiés en numérique mais les versions papier sont épuisées. Le prochain est pour bientôt ?

Taram Boyle : J’avoue que j’ai un peu le syndrome de la page blanche, mais c’est volontaire. Je ne veux pas faire comme certains auteurs qui enchaînent les textes comme s’ils travaillaient à l’usine. Pour être franc avec vous, j’ai rencontré quelqu’un et les fantasmes que j’écrivais auparavant, je les vis réellement au quotidien. Dans ma chambre à coucher, il n’y a personne pour me censurer et je me sens totalement libre. Peut-être que je suis en train de me ressourcer, de me recharger d’énergie et mes futurs romans sont en train de naître. Je vous tiendrai au courant. Mais pour l’instant je suis beaucoup trop amoureux et comblé pour écrire. Il faut vivre l’amour pour pouvoir le raconter…

Lire la suite…

Denis-Martin Chabot, l’érotisme fait partie de l’amour

Denis-martin-Chabot

Culture Gay : Bonjour, Denis-Martin, vous avez remporté de nombreux prix au Canada en tant que journaliste, est-il plus facile de se lancer dans la littérature quand on a connu, comme vous, une brillante carrière de journaliste ? Lire la suite…

Chris Verhoest : « L’inspiration me vient de partout ! »

« J'ai conduit jusqu'à toi », le nouveau roman de Chris Verhoest.

« J’ai conduit jusqu’à toi », le nouveau roman de Chris Verhoest.

Après des études de lettres modernes afin de devenir enseignante, Chris Verhoest s’est lancée avec succès dans une carrière de romancière. Originaire de Caen, c’est à Rouen qu’elle a posé son clavier d’où elle nous répond aujourd’hui…

Lire la suite…

Laurent Dautray, un premier roman sensible, bouleversant, indispensable

Laurent Dautray, un premier roman sensible, bouleversant, indispensable

Laurent Dautray, un premier roman sensible, bouleversant, indispensable

À la fin de la lecture de «Dis-le», ce sont des frissons qui vous parcourent l’échine et peut-être un mot qui vous vient à l’esprit : Magnifique. Si le roman prend parfois des allures de règlement de comptes et répertorie les errances de Mathieu, le jeune amant, dont il est question, le style de l’auteur rend l’exercice passionnant. «Dis-le» nous permet de partager les attentes, les désillusions et les combats d’un narrateur de douze ans plus âgé que le jeune au charme dévastateur. Très vite on réalise, qu’on ne peut apprivoiser un petit animal sauvage sans craindre griffes et morsures. C’est peut-être de cela qu’il est finalement question dans ce roman-documentaire. L’auteur refuse d’ailleurs de parler d’autobiographie et présente son travail comme une auto-fiction. Mais peu importe. On se dit que nous aussi, nous aurions pu tomber en amour avec Mathieu et essayer de l’aider à s’en sortir. C’est justement ce qui est beau dans ce roman, la description des sentiments dans des situations que nous aurions pu rencontrer. Car personne n’est à l’abri du bonheur, ni de la fatalité et la vie s’amuse toujours à combiner les deux. À lire absolument.

Lire la suite…

Tan Hagmann, sans contrefaçon dans la peau d’un garçon

Interview-D'auteur-Tan-Hagmann

 

Tan Hagmann est l’auteure de trois romans « Bi live in me », « Sage comme une image » qui ont connu un beau succès et « La couleur de l’enfer » qui vient de sortir. Tan se confie à nous avec beaucoup de sincérité. Voici l’occasion de découvrir son univers.

Lire la suite…

Robin, photographe des stars

12837652_10153820883871154_1094441388_B

Vous avez probablement déjà vu l’une des œuvres de Robin sur un kiosque à journaux, dans un magazine, sur un disque ou sur internet. Robin est une grande pointure de la photographie. Des défilés de Jean-Paul Gaultier, aux pochettes de Mylène Farmer, des photos de beaux garçons aux portraits de Beth Ditto, coup de projecteur sur ce passionné de musique qui a réussi à vivre de sa passion.

Lire la suite…