En Algérie, être pénétré c’est très mal, même si c’est un viol.

Rahim : “En Algérie, être pénétré c’est très mal, même si c’est un viol !”

Rahim est un jeune algérien de 27 ans. Il habite Alger et ne supporte plus les mauvais traitements qui sont réservés aux gays. Violé à de multiples reprises pendant des années par le mari de sa sœur, il a décidé de se confier à Culture Gay.

Culture Gay : Salut Rahim, tu habites Alger. Peux-tu nous décrire comment est ton quotidien aujourd’hui en tant que gay ?

Rahim : Actuellement, je me sens menacé au quotidien, surtout quand je me rends dans les lieux de drague gay… Dès que je sors de chez moi et que je traverse ma cité, on m’insulte, on fait des bruits bizarres. Si seulement ce n’était que cela ! À plusieurs reprises on a essayé de m’agresser physiquement. À chaque fois ils étaient plusieurs contre moi.
Ils ont même lancé un chien à ma poursuite. Une fois, alors que j’étais en train de marcher, un mec vient par-derrière moi et me gifle. Je suis tombé par terre et il m’a craché dessus. Ensuite, il a jeté sa cigarette allumée en direction de mes yeux. Heureusement je portais une casquette !

Culture Gay : Comment sont perçus les gays en Algérie ? Est-ce que tous les gays sont persécutés, ou est-ce que certains peuvent avoir une vie normale au grand jour ?

Lire la suite…

Lectures : Avant que je me réveille d’Eli Easton

Résumé : L’aide-soignant Jonesy a été affecté à Michael, la victime d’un crime de haine, dans le coma et que les parents homophobes ont rejeté. Jonesy reste auprès de Michael à lui faire la lecture et à l’encourager à se réveiller. Jonesy n’est peut-être pas le type le plus intelligent au monde, mais il sait que Michael a besoin de lui. Et s’il pense aussi que Michael est la plus belle chose qu’il ait jamais vue, eh bien, Jonesy sait mieux que quiconque qu’il ne sert à rien d’espérer des choses qui n’arrivent jamais.
Michael est perdu dans un donjon, un endroit sombre et terrifiant. Son seul réconfort est le son de la voix d’un homme. Michael peut-il revenir ? Le désire-t-il ? Peut-être que Jonesy peut le convaincre que des choses valent la peine de vivre.

Notre avis : Le style est soigné et fluide. Si l’exercice de faire parler quelqu’un dans le coma n’est pas aisé, Eli Easton s’en sort très bien en utilisant les rêves de Michael. “Avant que je me réveille” est une nouvelle originale qui donne un peu d’espoir, même si les sentiments et les intentions de Jonesy auraient pu être un peu plus appuyés. Quelques pages supplémentaires auraient également été les bienvenues. Nous vous conseillons vivement de lire “Avant que je me réveille”. 

Avant que je me réveille d'Eli Easton

Avant que je me réveille d’Eli Easton

365 fois Anthony

 

 

Anthony dévoile sa vie dans un journal intime très intéressant où il partage les secrets et les moments intimes de sa vie. On ne peut pas juger un journal sans juger la personne qui l’écrit, mais au fil des jours, Anthony se révèle intéressant, attachant, passionné, aimant, touchant. A une époque où les internautes deviennent de simples consommateurs et se contentent de liker des posts, il est bon de rappeler qu’un blog est un merveilleux outil de partage, de réflexion et d’autothérapie. Interview du mystérieux auteur de cette expérience littéraire 2.0.

 

EXTRAIT :

Guy me serra dans ses bras. Dans la nuit noire, il brisa le silence en se mettant à parler tout seul. Symboliquement. À ma mère décédée.
« Marie-Jo. Je vous promets de prendre soin de votre fils toute sa vie. Je ne lui ferais plus jamais aucun mal. Personne ne pourra lui faire du mal. Plus jamais. Je le protègerai toute ma vie… »
J’en tremblais.
À ce moment là, le piège s’était refermé sur moi.
La passion destructrice est arrivée. La jalousie s’est installée. Le doute. Pour toujours.
Je n’étais plus la jeune personne insouciante. Libre. J’étais devenu sa petite chose. Et je me complaisais dans ce rôle.
Plus il mentait plus je le détestais. Plus il me trompait plus je l’aimais. Plus il me repoussait plus il m’aimait. Plus je me détestais.
« Tu as le choix Antho… Soit tu pars et tu l’oublies. Soit tu restes. Mais si tu restes, il faut l’assumer. En silence. Tu ne pourras plus venir te plaindre. Il faut que tu prennes une décision ! »
Je suis resté.
Anthony

Lire la suite…

Pas tous égaux devant l’infidélité – Témoignages

Pas tous égaux devant l’infidélité.

 

Culture Gay a interrogé deux jeunes gays qui ont vécu la même expérience, mais sous des points de vue très différents. Il est toujours plus facile de tromper l’autre que d’accepter d’être trompé.

 

Culture Gay : Bonjour Nathan, tu as été victime de l’infidélité de ton ex, comment cela s’est-il passé ?

Nathan : Bonjour, Culture Gay. Cela s’est passé l’été dernier, pendant que j’étais en vacances. Mon ex petit ami est allé rendre visite à mon sex-friend. Je ne sais pas ce qu’il espérait, mais ils ont fait ce qu’ils avaient envie de faire.

 

Culture Gay : Ton ex avec ton actuel ? C’était par esprit de vengeance ou pour te rendre jaloux ?

Nathan : Non, pas du tout. Je crois que mon copain avait juste envie de sexe et il n’a pas eu la patience d’attendre mon retour.

 

Culture Gay : Comment l’as-tu appris ?

Nathan : Seulement deux semaines plus tard. Nous passions la soirée quand mon copain est allé aux toilettes. À ce moment-là, son téléphone a bipé et j’ai vu qu’il recevait un message de mon ex. J’étais très surpris, alors quand il est revenu je lui ai demandé ce qui se passait. Mon copain s’est mis à bafouiller et à parler une autre langue. Il ne sait pas mentir et j’ai compris qu’il s’était passé quelque chose. Il a fini par m’avouer la vérité.

 

Culture Gay : Tu lui en as voulu ?

Nathan : Sur le coup non, car il ne se sentait pas coupable. Mais après réalisé la peine que j’ai ressenti, il a commencé à regretter. Puis il m’a dit que ce n’était pas un drame et que je devais l’accepter… Il ne m’a jamais vraiment rassuré en me disant qu’il ne recommencerait pas, même quand je lui demandais… J’ai essayé de lui pardonner, mais au fil des semaines on s’est vus de moins en moins. Nous n’avions plus grand chose à nous dire. Nous avons finalement décidé de mettre fin à notre relation. Je crois que même s’il ne m’avait pas trompé nous aurions rompus. C’est la raison pour laquelle je ne lui en veux pas tellement.

 

Culture Gay : C’est important pour toi la fidélité ? Quand on te trompe tu considères cela comme une trahison ?

Nathan : Pour moi  la fidélité c’est important, mais en fait, la fidélité est une branche de ce qui est le plus important dans un couple : Le plus important c’est LA CONFIANCE. Sans cela, aucun couple ne peut fonctionner ! Quand on me trompe, je dirais exactement qu’on brise la confiance et après cela y a trois possibilités:
–  On est un couple fort (c’est très difficile) et on recolle les morceaux de la confiance même si ça prend beaucoup de temps,
–  On arrête tout,
–  Le couple continue de croire que ça va s’arranger, mais l’échafaudage finira par s’écrouler.

 

Culture Gay : Merci !

 

Culture Gay : Bonjour Esteban, tu as trompé ton copain, alors que vous n’êtes pas dans une relation livre, que s’est-il passé ?

Esteban : Je suis en couple depuis plusieurs années avec le même garçon et je l’aime profondément. Mais un jour je suis tombé sur mon ex sur un tchat. On a un peu discuté et la conversation a vite dévié autours du sexe. Nous avons échangé des photos hots et cela nous a beaucoup excité. Mon ex m’a dit qu’il avait très envie de moi et c’était réciproque. Nous nous sommes retrouvés un peu plus tard il est venu me chercher pour m’emmener chez lui et nous avons pris un super pied.

 

Culture Gay : Sexuellement, c’était mieux qu’avec ton copain ?

Esteban : Étrangement c’était plus câlin. On s’est revus cinq fois pour faire la même chose et puis j’ai décidé d’arrêter car je me sentais trop mal.

 

Culture Gay : Mal vis-à-vis de ton copain ?

Esteban : Oui, j’avais trop l’impression de le trahir. On en n’a jamais parlé et il a jamais rien su de ces aventures.

 

Culture Gay : Tu n’as jamais eu envie de recommencer ?

Esteban : Non, c’est du passé. J’ai oublié ce passage. Je suis heureux avec mon copain.

 

Culture Gay :  Comment réagirais-tu si tu apprenais que lui te trompait.

Esteban : Je ne sais pas. Mal. Je pense que je partirais.

 

 

 

Gays célèbres : Michel Foucault

Michel Foucault (1926-1984)

– Par Pulsquasar –

Michel Foucault né en 1926 à Poitiers et mort en 1984 à Paris est un philosophe français qui a particulièrement étudié les rapports entre pouvoir et savoir. Il est internationalement connu au point qu’en 2009, 25 ans après sa mort donc, le Guide des Hautes Études aux USA le déclare comme étant l’écrivain du XX° siècle le plus souvent cité au monde dans la catégories « sciences humaines ».

Reçu en 1946 à l’École Normale Supérieure, il est nommé agrégé de philosophie en 1951.

C’est une nouvelle vie qui commence pour lui. Une vie qu’il aura bien du mal à supporter. C’est un garçon solitaire, sauvage, dont les rapports avec les autres sont très compliqués, souvent conflictuels. »

Didier Éribon, dans sa biographie, résume l’ambiance de ces années « parfois intolérables » selon Foucault lui-même : « Il se dispute avec tout le monde, il se fâche, il déploie tous azimuts une formidable agressivité qui s’ajoute à une tendance assez marquée pour la mégalomanie. Foucault aime à mettre en scène le génie dont il se sait porteur. Si bien que, très vite, il est presque unanimement détesté. Il passe pour être à moitié fou. » Lire la suite…

Paula Dumont coup de cœur littéraire de Culture Gay

Paula Dumont, coup de cœur littéraire de Culture Gay !

 

Auteure de nombreux ouvrages à propos de l’homosexualité, Paula Dumont sort aux éditions de l’Harmattan un ouvrage captivant. Dans “Autobiographie, Féminisme, homosexualité, écriture, milieu social, profession”, Paula Dumont livre un véritable témoignage que beaucoup devraient lire, tant elle sait montrer les embûches semées sur le chemin des femmes qui vivent souvent seules. En effet, dans la France de la fin des années 60, elle a dû  faire sa place dans un pays où les femmes étaient souvent reléguées aux tâches ménagères. Courageuse, tenace et volontaire, la petite fille qui pensait qu’elle était seule à aimer les femmes, va connaître un destin intellectuel dense et enrichissant. Nous lui avons demandé de répondre à nos questions et “Déesse merci !” elle a accepté notre invitation. Paula Dumont est notre coup de cœur littéraire.

 

Culture Gay : Bonjour Paula, comment allez-vous ? Pouvez-vous vous décrire en quelques mots ?

Paula Dumont :  Je vais bien, merci ! J’ai 71 ans, je suis retraitée de l’Education nationale depuis 11 ans, j’étais professeur de lettres. Depuis mon départ à la retraite, je publie des livres sur l’homosexualité. A ce jour, j’en ai publié dix.

Lire la suite…

Amoureux de mon cousin, je voudrais vivre avec lui

Amoureux de mon cousin, je voudrais vivre avec lui

 

Martin nous écrit son désespoir depuis Rennes. Amoureux de son cousin depuis plusieurs années, ses sentiments le rongent et il ne sait pas comment faire évoluer cette situation. Il a accepté de répondre à nos questions.

 

Culture Gay : Bonjour Martin, tu as aujourd’hui 29 ans et tu vis à Rennes. Comment as-tu découvert que ton cousin était gay et réciproquement ?

Martin : Moi j’étais très très jeune, je dirais à l’âge de 12 ou 13 ans. Et je l’ai découvert à propos de mon cousin lorsqu’il est venu passer ses vacances d’été chez mes parents. Il devait avoir 14 ans. Aujourd’hui il a 25 ans

 

Culture Gay : Parlons un peu de lui. Qu’est-ce qu’il a de spécial, qu’est-ce qui t’attire en lui ?

Martin : Il a 25 ans et nous avons  4 ans d’écart… Il vit sur Paris. Il a fait son coming-out assez tôt, avant ses 18 ans. J’adore son sourire, ses yeux… Pour ce qui est du physique, je dirais que tout en lui me plaît. Mais c’est aussi une belle personne, qui a le goût et l’envie d’entreprendre. Il a beaucoup d’énergie, il est cultivé, il sait beaucoup de choses…

 

Culture Gay : Idéalement, si tu avais une baguette magique que souhaiterais-tu vivre avec lui ?

Martin : Toute ma vie, être en couple et vivre heureux, se marier, construire une maison, avoir des enfants, etc… La vie d’un couple quoi ! 🙂

 

Culture Gay : Tu es amoureux de lui depuis le plus jeune âge ?

Martin : Je suis amoureux de lui depuis le jour de notre rencontre, c’est à dire vers mes 17 ans, lors de ces fameuses vacances chez mes parents… Car ma mère avait perdu de vue sa famille. C’était donc la première fois qu’on se voyait…

 

Culture Gay : Tu as déjà “consommé” les choses avec lui ?

Martin : Oui et non… Disons, pour être honnête, qu’il n’y a jamais eu vraiment de sexe… Mais toujours des rapprochements physiques… Des papouilles, des câlins, des caresses et quelques fois des bisous très tendres…

 

Culture Gay : Votre histoire ressemble presque à un conte de fées ! On voudrait qu’il finisse bien. Pourquoi n’êtes vous pas encore ensemble ??? 🙂

Martin : On se dit qu’aux yeux des gens, ce n’est pas bien… Même si moi, de mon côté, mon entourage m’encourage. Pour eux (parents frère, sœur et amis) ce n’est pas un cousin germain… et que quoi qu’il arrive, il n’y aura pas d’enfant naturel, alors bon… On ne porte même pas le même nom !

 

Culture Gay : S’il lit cet article, quel message aimerais-tu  lui adresser ?

Martin : Que je l’aime ! Que j’aimerais que ce soit l’homme de ma vie, qu’avec lui je veux vivre les plus beaux moments que l’on peut vivre dans une vie et faire de lui l’homme le plus heureux de ce monde !

 

Culture Gay : Tu es en contact régulier avec lui ? Il est en couple ?

Martin : Oui. Actuellement il est en couple depuis plus de 1 an même s’il s’est séparé plusieurs fois de son homme… On s’écrit environ tous les deux jours…

 

Culture Gay : On va se faire l’avocat du Diable, mais parfois les gens ont peur d’être blessant, surtout en famille. Et si votre filiation n’était qu’un prétexte car tu ne lui plais pas ?

Martin : Je ne pense pas, car ce ne sont pas les mots qu’il m’a dit lors de nos différentes discussions. Cet été, encore… 😉

 

Culture Gay : C’est vrai que vous êtes très mignons tous les deux Serais-tu prêt à quitter Rennes, tes amis, ta famille et ton emploi pour aller vivre avec lui à Paris ?

Martin : Merciii c’est gentil ! 🙂 Ah ! Oui sans aucune hésitation !

 

Culture Gay : Et si le problème n’était pas simplement sexuel. Il sait que vous tu as tel comportement sexuel et il a envie d’autre chose ?

Martin : Ah ! Bah ! De ce côté là moi je suis principalement actif et lui les 2…

 

Culture Gay : Et si on te disait que chasser dans la famille c’est la solution de facilité, que répondrais-tu ?

Martin : Je vous répondrais que, certes c’est dans la famille, mais avant toute chose, c’est notre cœur qui parle ! Et que jamais il ne bat aussi fort que lorsque nous sommes l’un avec l’autre !

 

Culture Gay : Que peut-on te souhaiter pour  2018 ?

Martin : J’espère qu’un jour on passera le cap… et que je souhaite qu’on soit heureux …Merciii Beaucoup… votre page est superbe ! Merci pour votre écoute et vos questions… Bises ! 🙂

 

Culture Gay : Merci beaucoup à toi, Martin, on croise les doigts pour que votre histoire se concrétise et vous soyez heureux ! 🙂