Guy : Notre histoire d’amour a duré 44 ans !

Histoireans

 

Guy est loin de la génération Grindr qui, tout en consommant le sexe comme un produit d’alimentation, se plaint de relations dénuées de sentiments. Guy a traversé l’après-guerre, l’homophobie ordinaire et toutes les épreuves de la vie avec son compagnon. Il témoigne pour Culture Gay.

 

Culture Gay : Bonjour Guy, merci beaucoup d’accepter de répondre à nos questions. Vous êtes né en 1938, pourriez-vous nous expliquer comment était perçue l’homosexualité aussi loin que vont vos souvenirs ?
Guy : Je suis né en 1937 à Amsterdam… l’homosexualité était absolument tabou jusqu’en 1960 par-là !

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Théâtre : “Le souvenir des Camélias” – L’amitié et la création remparts contre l’exclusion

Le souvenir des Camélias - du 1er avril au 21 mai 2016 - Théâtre Clavel à Paris 19.

Le souvenir des Camélias – du 1er avril au 21 mai 2016 – Théâtre Clavel à Paris 19.

 

La Compagnie des Moires Boréales nous invite à une réappropriation de La Dame aux camélias dans une version où le Sida est le moteur de l’exclusion. La première se déroulera début avril et nous avons hâte de voir Marc Alberto et Irina Zaoui sur scène.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Andres : « Mon beau père m’a demandé de quitter la maison de mes parents. »

« Mon beau-père m'a demandé de quitter la maison de mes parents »

« Mon beau-père m’a demandé de quitter la maison de mes parents »

 

Culture Gay : Bonjour Andres, pouvez-vous présenter en quelques lignes ? 

Andres : Bonjour, je suis originaire d’un petit village espagnol dans le département de Castilla et Léon. J’ai 44 ans et j’habite à Vichy, en France, depuis 1995.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Comment réagir face à des commentaires homophobes sur les réseaux sociaux

Sur Facebook, Twitter, Google+ et tous les autres, une photo de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet et vous serez vite bloqué. Alors que les propos racistes, homophobes, sexistes, antisémites, haineux, misogynes, mettent un temps infini a être censurés. La solution consiste bien souvent à faire le travail nous-même. Armez-vous de patience et voyons les choses plus en détails.

Ryan Halligan s'est suicidé après des commentaires homophobes.

Ryan Halligan s’est suicidé après des commentaires homophobes.

L’anonymat sur internet, une légende

Difficile de savoir à qui on a affaire sur internet. Les homophobes sont de grands lâches, souvent jaloux du bonheur et du courage des autres, qui s’imaginent supérieurs aux autres parce qu’ils suivent le troupeau. Ils utilisent généralement un pseudo bidon derrière lequel ils se cachent et se croient tout permis. Ce que ces imbéciles ne savent pas, c’est que les sites se moquent de leurs pseudos et mots de passe. Ce qui les intéresse c’est leur adresse IP. Grâce à elle, Facebook, Twitter, Google+, connaissent immédiatement leur pays de résidence ainsi qu’une foule d’informations comme le numéro de série de leur terminal. Les réseaux sociaux vont plus loin en scannant les signets (bookmarks) de leur navigateur. Ainsi, même si ils sont plusieurs à utiliser une connexion internet, il est très facile de les identifier. Dites-vous donc qu’un homophobe sur internet n’est jamais réellement anonyme et que retrouver son identité n’est qu’une question de temps. C’est un bon point pour vous. Au regard de la loi c’est tout ce qui compte. Mais avant d’engager des procédures judiciaires et de démasquer l’homophobe qui vous insulte par écran interposé, il existe des solutions qui, en trois clics, vous permettront de les calmer.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Eve Terrellon, une plume contre l’homophobie

Interview-D'auteur-Eve-Terrellon

 

CG : Bonjour Eve, pourriez-vous vous présenter en un seul Tweet ?
ET : Aie ! je n’ai pas de compte tweeter. Je sais néanmoins qu’un tweet doit être court et qu’il existe des mots clés. Allons-y (premier tweet de ma vie) : « Personne effacée tentant de parler de #tolérance. » Voilà, je crois que le mot mis en avant exprime le plus important pour moi.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Homophobie : Quand je suis rentré chez mes parents mes vêtements m’attendaient dans des sacs poubelle

Témoignage-Soufiane

Soufiane partage avec nous son expérience de jeune gay. De la scolarité difficile, entre agressivité et introversion, jusqu’à la libération, il nous explique son chemin qui est pourtant le même que celui de nombreux jeunes LGBT.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone