Nassim, 15 ans « Pour moi le sexe c’est un truc à part »

Nassim, 15 ans « Pour moi le sexe c’est un truc à part »

Nassim a 15 ans, il habite le sud de la France et il est en seconde générale. Il se proclame gay à 70%, mais lorsqu’il le pourra, il se verrait bien faire sa vie avec un garçon. Il a accepté de répondre à nos questions.

 

Culture Gay : Bonjour Nassim. Tu dis que tu es gay à 70% comment fais-tu pour calculer si précisément cette proportion ?

Nassim : Ah ! Oui haha ! C’est totalement au hasard, il n’a pas fallu longtemps pour que je fasse le calcul ! C’est d’après mon expérience.

 

Culture Gay : à quoi ressemble la vie d’un ado aujourd’hui ?

Nassim : Je reste souvent devant mon tel à snapper et sinon je fais de la muscu au lycée et je sors dehors. Oui, j’écoute souvent du Rap, un peu de tout aussi Black M… J’adore aussi le rock du style Indochine, Telephone…Et attention cliché : j’aime bien Lady Gaga. Et je peux avouer sans honte que j’aime les musiques de l’époque xD du genre Nino Ferrer, Brassens, Goldman et surtout France Gall Ah oui je lis souvent, je vais parfois à la bibliothèque et je reviens chargé au max, je lis des mangas, des Bd (surtout Tamara et Marzi), mais je n’aime pas les gros livres.

Lire la suite…

Stéphane Dubin, écrivain sensuel

Stéphane Dubin, écrivain sensuel

 

Culture Gay a du s’y reprendre à plusieurs reprises avant que Stéphane Dubin, peu familier des réseaux sociaux, accepte notre demande d’interview. Ce qui surprend, à la lecture de «Peurs entre nous», c’est la qualité littéraire de ce roman viril et sentimental. Mieux que de longs discours, nous avons sélectionné quelques courts extraits qui abondent en ce sens :

« Mais en le massant, je me surprends à le caresser ; si le geste est le même ou presque, l’esprit est différent. C’est le désir qui me dévore, mes doigts agissant sur ses trapèzes émergeant du large col de son t-shirt, son corps s’offrant soudain à moi, sa respiration calme animant le dessin de ses lèvres entrouvertes. Un effet inattendu. Mince. J’arrête, je me sens coupable, je me sens touché, piégé. Pas possible. Ce doit être un esprit de la montagne qui me joue un tour ! J’éteins la lampe, doucement je glisse dans mon sac. Dans ma gorge ? Dans ma tête ? Dans ma poitrine ? Quelque part comme une étincelle a pris vie. C’est l’inconnu. Dans la nuit le vent siffle, et puis j’oublie. »

 

Culture Gay : Bonjour Stéphane Dubin, seriez-vous quelqu’un de secret ou de réservé ?

Stéphane Dubin : J’aime bien savourer le temps de la réflexion. L’époque est à l’instantané, à la dictature de l’immédiat. Alors prendre un peu le large…

Lire la suite…

Je ne veux jamais revoir mes anciens mecs

 

Sylvain préfère changer de partenaire à chaque plan.

Sylvain se définit comme un joueur. Ce qu’il aime avec ses conquêtes, c’est endosser un rôle. Depuis qu’il a découvert que les mecs étaient fascinés par son sexe, il en profite pour prendre une revanche sur un passé où on le traitait avec moins beaucoup d’admiration.

Culture Gay : Bonjour Sylvain, tu es un célibataire endurci et cela semble te convenir. Comment fais-tu pour gérer ta sexualité ?

Sylvain : C’est un choix et je vis très bien mon célibat et ma sexualité. Je ne reçois pas chez moi, ou rarement. Je fréquente régulièrement les sauna gays, mais de façon raisonnable. Je suis heureux ainsi.

 

Culture Gay : Ce n’est pas un peu frustrant de ne partager que quelques moments intimes avec une personne, sans chercher à la connaître davantage ?

Ho non ! Je ne peux pas être frustré, car je ne cherche aucune attache. Je joue avec eux, un peu comme si j’étais un acteur de cinéma et j’invente les scénarios les plus fous, j’ai beaucoup d’imagination. Lorsque j’arrive au sauna, je me mets dans la peau d’un homme très viril et quand on me parle, je réponds que je suis hétéro, bi ou que c’est la première fois que j’entre dans un sauna. J’adore ça ! C’est un peu l’archétype du mâle dominant qui veut que ses partenaires soient à genoux devant lui. Je suis bien monté et j’attire toute une catégorie de mecs qui sont prêts à tout pour jouer avec moi et faire des trucs. J’adore jouer les caïd, mettre les mecs mal à l’aise et voir qu’ils sont prêts à tout pour aller au bout d’un trip. J’adore créer ces mises en scène. Parfois je fais semblant de piquer des colères pour voir leurs réactions. Bien sûr, tout cela est pour rire.

Lire la suite…

Coup de jeune chez les éditeurs LGBT

Les éditions Cœur de Lune apportent des romans de qualité sur la scène littéraire LGBT.

 

Sébastien a 30 ans tout rond. Ce charmant garçon habite la campagne, dans le Limousin d’où il contrôle sa société dans le monde du web et sa maison d’édition qu’il a lancé par passion en 2015.

 

Culture Gay : Pourriez-vous vous présenter pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

 

Site de l’éditeur

Sébastien : Donc moi c’est Sébastien, je m’occupe d’une petite maison d’édition qui s’appelle Cœur de Lune. Nous publions quelques romans (1 à 2 par an) qui ont comme point commun la présence d’au moins un personnage principal homosexuel, bisexuel, avec des trames variées : policier, roman noir, tranche de vie, aventure, etc.

Lire la suite…

Qui sont les super fans de Culture Gay ?

Voici les premières personnes à avoir décidé de nous aider en nous donnant quelques euros via le site https://www.tipeee.com/culture-gay/tippers Vous pouvez encore les rejoindre !

Culture Gay devait renouveler les services de son site internet et, une fois encore, ce sont les animateurs du site internet et de la page Facebook qui devaient mettre la main à la poche. Une situation qui n’était plus acceptable. Malgré plusieurs appels aux dons, peu de personnes s’étaient mobilisées. Du coup, nous avons décidé de cesser toute activité sur Culture Gay pendant 48 heures. Non seulement nous avons reçu de quoi payer notre hébergement, mais en plus de nombreux fans nous ont envoyé des messages de soutien que nous publions ici. À noter qu’après notre dernier post, Facebook s’est empressée de désactiver notre fonction de programmation des posts sur notre page. Un comble pour un réseau social qui n’a, pour l’instant, jamais payé ses impôts en France. Pour l’heure, nous ne savons pas comment seront publiées les actualités demain…

Le réseau social, suite à notre annonce de peut-être quitter Facebook, s’est empressé de désactiver notre fonction de programmation de posts à l’avance. Un punition ?

Lire la suite…

Homoparentalité : Pour certains, nous sommes des phénomènes de foires

Cécilia : Pour certains, nous sommes comme des phénomènes de foires

Cécilia se décrit ainsi : “Je suis assez compliquée, car je suis hétéro (j’ai 3 enfants), en couple avec une jolie demoiselle depuis presque 11 ans (mais pas lesbienne, ni bi) et j’ai un faible pour les homosexuels depuis toujours. Je les trouve tellement beaux !!! Je me suis toujours dit que j’étais attirée parce qu’ils sont sans doutes inaccessibles…”

 

Culture Gay : Bonjour Cécilia, vous vivez avec une femme et vous avez des enfants ?

Cécilia : J’ai rencontré ma compagne chez des amis communs. On ne parlait pas plus que ça à l’époque. Et puis un jour on s’est croisée dans la rue et elle m’a vue dans un état de désarroi. Et depuis, c’est devenue mon ange gardien. Elle s’est occupée de nous alors que nous n’étions qu’amies. Un rapprochement si fort ! Notre amitié a duré 7 mois durant lesquels ne nous faisions plus rien l’une sans l’autre. On s’appelait plusieurs fois par jour. Elle habitait encore chez sa mère et ne rentrait plus chez elle. Après le travail elle venait directement chez moi. J’étais en couple à l’époque avec un homme et c’était assez compliqué. Elle a même assisté à l’accouchement de mon dernier. Et puis le rapprochement était de plus en plus fort jusqu’au soir ou nous nous sommes vraiment aimées.

Lire la suite…

Homoparentalité : Nos enfants sont plus libres que ceux des couples hétéros

Julien a décidé d’assumer son homosexualité et de refaire sa vie à l’âge de 30 ans.

Julien et son mari ont d’abord été mariés pendant plusieurs années avec des femmes avant de se rencontrer. C’est seulement à l’âge de 30 ans que Julien a réalisé qu’il était vraiment homosexuel. Au beau milieu de la nuit, il a senti une forme de rejet qui l’a conduit à penser que ce n’était plus possible de rester avec sa femme. Il vit désormais dans les environs de Lille avec son mari et ses trois enfants..

 

Culture Gay : Bonjour Julien, comment s’est déroulée votre transition avec vos enfants ?

Julien : Nos trois filles étaient jeunes lorsque je me suis installé avec mon mari. Elles ont toutes les trois deux ans de différence (14, 16 et 18 ans lors de notre mariage) et elles  étaient ravies de notre union, surtout d’être nos demoiselles d’honneur !

Lire la suite…