Lectures : Avant que je me réveille d’Eli Easton

Résumé : L’aide-soignant Jonesy a été affecté à Michael, la victime d’un crime de haine, dans le coma et que les parents homophobes ont rejeté. Jonesy reste auprès de Michael à lui faire la lecture et à l’encourager à se réveiller. Jonesy n’est peut-être pas le type le plus intelligent au monde, mais il sait que Michael a besoin de lui. Et s’il pense aussi que Michael est la plus belle chose qu’il ait jamais vue, eh bien, Jonesy sait mieux que quiconque qu’il ne sert à rien d’espérer des choses qui n’arrivent jamais.
Michael est perdu dans un donjon, un endroit sombre et terrifiant. Son seul réconfort est le son de la voix d’un homme. Michael peut-il revenir ? Le désire-t-il ? Peut-être que Jonesy peut le convaincre que des choses valent la peine de vivre.

Notre avis : Le style est soigné et fluide. Si l’exercice de faire parler quelqu’un dans le coma n’est pas aisé, Eli Easton s’en sort très bien en utilisant les rêves de Michael. “Avant que je me réveille” est une nouvelle originale qui donne un peu d’espoir, même si les sentiments et les intentions de Jonesy auraient pu être un peu plus appuyés. Quelques pages supplémentaires auraient également été les bienvenues. Nous vous conseillons vivement de lire “Avant que je me réveille”. 

Avant que je me réveille d'Eli Easton

Avant que je me réveille d’Eli Easton

365 fois Anthony

 

 

Anthony dévoile sa vie dans un journal intime très intéressant où il partage les secrets et les moments intimes de sa vie. On ne peut pas juger un journal sans juger la personne qui l’écrit, mais au fil des jours, Anthony se révèle intéressant, attachant, passionné, aimant, touchant. A une époque où les internautes deviennent de simples consommateurs et se contentent de liker des posts, il est bon de rappeler qu’un blog est un merveilleux outil de partage, de réflexion et d’autothérapie. Interview du mystérieux auteur de cette expérience littéraire 2.0.

 

EXTRAIT :

Guy me serra dans ses bras. Dans la nuit noire, il brisa le silence en se mettant à parler tout seul. Symboliquement. À ma mère décédée.
« Marie-Jo. Je vous promets de prendre soin de votre fils toute sa vie. Je ne lui ferais plus jamais aucun mal. Personne ne pourra lui faire du mal. Plus jamais. Je le protègerai toute ma vie… »
J’en tremblais.
À ce moment là, le piège s’était refermé sur moi.
La passion destructrice est arrivée. La jalousie s’est installée. Le doute. Pour toujours.
Je n’étais plus la jeune personne insouciante. Libre. J’étais devenu sa petite chose. Et je me complaisais dans ce rôle.
Plus il mentait plus je le détestais. Plus il me trompait plus je l’aimais. Plus il me repoussait plus il m’aimait. Plus je me détestais.
« Tu as le choix Antho… Soit tu pars et tu l’oublies. Soit tu restes. Mais si tu restes, il faut l’assumer. En silence. Tu ne pourras plus venir te plaindre. Il faut que tu prennes une décision ! »
Je suis resté.
Anthony

Lire la suite…

Paula Dumont coup de cœur littéraire de Culture Gay

Paula Dumont, coup de cœur littéraire de Culture Gay !

 

Auteure de nombreux ouvrages à propos de l’homosexualité, Paula Dumont sort aux éditions de l’Harmattan un ouvrage captivant. Dans “Autobiographie, Féminisme, homosexualité, écriture, milieu social, profession”, Paula Dumont livre un véritable témoignage que beaucoup devraient lire, tant elle sait montrer les embûches semées sur le chemin des femmes qui vivent souvent seules. En effet, dans la France de la fin des années 60, elle a dû  faire sa place dans un pays où les femmes étaient souvent reléguées aux tâches ménagères. Courageuse, tenace et volontaire, la petite fille qui pensait qu’elle était seule à aimer les femmes, va connaître un destin intellectuel dense et enrichissant. Nous lui avons demandé de répondre à nos questions et “Déesse merci !” elle a accepté notre invitation. Paula Dumont est notre coup de cœur littéraire.

 

Culture Gay : Bonjour Paula, comment allez-vous ? Pouvez-vous vous décrire en quelques mots ?

Paula Dumont :  Je vais bien, merci ! J’ai 71 ans, je suis retraitée de l’Education nationale depuis 11 ans, j’étais professeur de lettres. Depuis mon départ à la retraite, je publie des livres sur l’homosexualité. A ce jour, j’en ai publié dix.

Lire la suite…

Perdre 70 kilos a totalement changé ma vie !

Perdre 70 kilos a totalement changé ma vie !

Crazy a 22 ans et habite Saint-Nazaire. Il est passionné par énormément de choses et ses multiples intérêts sont sans cesse renouvelés. Il est très curieux mais aime principalement la musique, le sport, la lecture, le cinéma, les séries, sorties entre amis, le voyage, le jeux vidéo, l’art, la photo, la vidéo et l’informatique.

 

Culture Gay : Bonjour, Crazy. Tu as accompli une transformation physique assez exceptionnelle, de quoi s’agit-il ?

 

Crazy : Effectivement, c’est encore à peine croyable pour moi de le réaliser mais la réalité me le rappelle chaque jour (mon reflet et mes vêtements également).  J’ai perdu un peu plus de 70 kilos (74 pour être plus précis) en 1 an et 2 mois. Ça été très rapide et soudain, je n’aurai pas pensé perdre autant et aussi rapidement. Même si j’ai du mal encore à me le persuader, j’ai quitté l’obésité morbide et j’ai enfin l’IMC normal que je n’ai jamais eu même plus jeune.

 

Culture Gay : Comment as-tu fait ? Tu as subi une intervention chirurgicale ?

Crazy : Oui c’est ça, j’ai bénéficié de la Sleeve. D’ailleurs je défends bec et ongle ce genre d’intervention face à ceux qui pense que c’est la solution de facilité. Je comprends qu’elle peut paraître ainsi mais ce n’est pas le cas du tout. Je conseille ceux qui pense comme ça de se renseigner un minimum sur le sujet avant de juger les personnes qui prennent la décision de se faire soutenir par la médecine moderne.  Malheureusement ce jugement est dû à la méconnaissance des personnes et aussi à certains qui ont tendance à banaliser trop facilement l’opération et à vouloir l’a faire pour 10 kilos tout mouillé. L’obésité est aujourd’hui reconnue par le corps médical comme étant une maladie. Cette maladie est justement très complexe et même aujourd’hui avec cette opération, il faudra toujours rester prudent et avoir un regard attentionné sur mon poids. Au même titre qu’un fumeur qui se fait aider de patchs, un obèse a parfaitement le droit d’avoir une aide également. Surtout que le rapport avec la nourriture est plus compliqué, car c’est partout dans notre environnement et la multiplication de la junk food n’aide pas. Aujourd’hui en tout cas, après de multiples régimes décevant et de cures amaigrissantes sans succès, je ne regrette pas d’avoir pris cette décision. Maintenant à moi de poursuivre mon hygiène de vie saine.

Lire la suite…

Mon coming-out a viré au cauchemar

Bad coming-out pour Dan

Dan a aujourd’hui 23 ans. Ancien élève brillant, sa vie a basculé lorsqu’il a décidé d’assumer son homosexualité et d’en parler à ses parents. Il a accepté de nous raconter sa descente aux enfers.

 

Culture Gay : Salut Dan, peux-tu te présenter à nous ? Quelles sont tes passions ?

Dan : Bonjour, je dirais tout ce qui touche à la mythologie, l’histoire, les anciennes civilisations. La littérature en général me plaît énormément. J’aime aussi le fantastique. Comme j’ai connu de longues périodes de dépression, j’ai passé des journées à lire. D’ailleurs un ouvrage sur internet m’a beaucoup aidé c’est ”Pour l’amour de Pete” qui relate les aventures d’un couple d’adolescents avec tout les soucis qu’on peut connaître (coming out, parents, école, ect). Sinon j’écoute un peu de tout, du classique, du violon, Dupstep, rock, punk, pop, etc en gros la soupe populaire musicale XD. Les animaux j’adore aussi, sauf les gros chiens… Ça m’as toujours effrayé de voir des chiens très grands capables de faire des ravages si jamais ils s’attaquent à un humain. Sinon oui je vis seul depuis mes 17 ans, donc ça fait 6 ans maintenant. ^^

Lire la suite…

Enzo, 14 ans : « Les gens ne pensent qu’à la reproduction alors que dans la vie, il n’y a pas que ça »

Témoignage, Enzo, 14 ans.

Enzo a 14 (et demi 😉 ), il habite dans le nord de la France. Il est gay depuis 2 ans et il décidé de faire le point sur sa vie avec nous.

 

Culture Gay : Parlons un peu de toi, Enzo. Quels sont tes centres d’intérêts dans la vie ?

Enzo : J’ai envie de réussir mes études, essayer d’aller jusqu’au BAC+3 pour avoir plus de choix au niveau des métiers. Je voudrais avoir une situation amoureuse stable (comme elle l’est pour le moment). Adopter, mais je ne sais pas encore. J’ai besoin de réfléchir encore longtemps parce que j’ai encore quelques années devant moi. Et être tout simplement heureux sans avoir à penser qu’on se moque de moi sur ma façon d’être. J’écoute beaucoup de musiques et différents chanteurs/chanteuses alors ça serait difficile de dire que j’aime un artiste pour le moment, mais celui que j’écoute le  plus c’est Lenni-Kim. Mais ce que j’aime le plus c’est écrire. J’écris un-peu tout. Par exemple des bandes-dessinées, des livres ou je recopie des cours plusieurs fois… je trouve toujours quelque chose à écrire. Mon roman préféré, c’est « Dracula »de Bram Stoker. Je ne regarde pas de séries. Mes films préférés sont : « Baisers cachés », « Ça », « Paranormal Activity » (j’aime les films d’horreur) :joy:

Lire la suite…

Vivant mal mon homosexualité, je suis devenu accro à l’alcool et aux drogues

« Vivant mal mon homosexualité, je suis devenu accro à l’alcool
et aux drogues »

Maurice a aujourd’hui 52 ans. Il vit la moitié de la semaine à Paris avec son copain et le reste du temps en province, à une heure de TGV de Paris. Il travaille comme vacataire dans le tourisme en province et il recherche actuellement un mi-temps à Paris (n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez l’aider).

 

Culture Gay : Bonjour, Maurice, comment avez-vous découvert votre homosexualité ?

Maurice : Je n’en connaissais pas, à l’époque. J’ai été conscient de mon homosexualité progressivement, vers 14 ou 15 ans, et j’ai fait mon coming out à 16 ans. Avant, ça n’existait pas pour moi. Au tournant des années 70 et 80, la question de l’homosexualité était quand même beaucoup plus taboue qu’aujourd’hui…

Lire la suite…