Perdre 70 kilos a totalement changé ma vie !

Perdre 70 kilos a totalement changé ma vie !

Crazy a 22 ans et habite Saint-Nazaire. Il est passionné par énormément de choses et ses multiples intérêts sont sans cesse renouvelés. Il est très curieux mais aime principalement la musique, le sport, la lecture, le cinéma, les séries, sorties entre amis, le voyage, le jeux vidéo, l’art, la photo, la vidéo et l’informatique.

 

Culture Gay : Bonjour, Crazy. Tu as accompli une transformation physique assez exceptionnelle, de quoi s’agit-il ?

 

Crazy : Effectivement, c’est encore à peine croyable pour moi de le réaliser mais la réalité me le rappelle chaque jour (mon reflet et mes vêtements également).  J’ai perdu un peu plus de 70 kilos (74 pour être plus précis) en 1 an et 2 mois. Ça été très rapide et soudain, je n’aurai pas pensé perdre autant et aussi rapidement. Même si j’ai du mal encore à me le persuader, j’ai quitté l’obésité morbide et j’ai enfin l’IMC normal que je n’ai jamais eu même plus jeune.

 

Culture Gay : Comment as-tu fait ? Tu as subi une intervention chirurgicale ?

Crazy : Oui c’est ça, j’ai bénéficié de la Sleeve. D’ailleurs je défends bec et ongle ce genre d’intervention face à ceux qui pense que c’est la solution de facilité. Je comprends qu’elle peut paraître ainsi mais ce n’est pas le cas du tout. Je conseille ceux qui pense comme ça de se renseigner un minimum sur le sujet avant de juger les personnes qui prennent la décision de se faire soutenir par la médecine moderne.  Malheureusement ce jugement est dû à la méconnaissance des personnes et aussi à certains qui ont tendance à banaliser trop facilement l’opération et à vouloir l’a faire pour 10 kilos tout mouillé. L’obésité est aujourd’hui reconnue par le corps médical comme étant une maladie. Cette maladie est justement très complexe et même aujourd’hui avec cette opération, il faudra toujours rester prudent et avoir un regard attentionné sur mon poids. Au même titre qu’un fumeur qui se fait aider de patchs, un obèse a parfaitement le droit d’avoir une aide également. Surtout que le rapport avec la nourriture est plus compliqué, car c’est partout dans notre environnement et la multiplication de la junk food n’aide pas. Aujourd’hui en tout cas, après de multiples régimes décevant et de cures amaigrissantes sans succès, je ne regrette pas d’avoir pris cette décision. Maintenant à moi de poursuivre mon hygiène de vie saine.

Culture Gay : Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis que tu as perdu tous ces kilos ?

Crazy : Mon regard envers moi même et celui des autres, ma santé générale car beaucoup moins essoufflé pour de simples petits efforts, les vêtements et le plaisir de faire du shopping avec des amis sans la crainte de ne pas trouver sa taille et avec des pièces beaucoup plus modernes et actuelles, faire de la piscine comme je l’ai toujours aimé, ma peau est dans un meilleur état avec un meilleur éclat (sauf le fait qu’elle soit distendue avec la perte rapide, mais ça c’est encore un autre sujet). J’ai beaucoup plus confiance en moi dans la rue, même si psychologiquement, c’est encore dur pour moi de me rendre compte de ce changement. La perte à quand même été rapide et mon psychisme n’a pas encore eu le temps de bien réaliser, ce qui fait que parfois dans la rue quand je passe devant un groupe qui rigole, je pense encore qu’on se moque de moi alors que non. Ça va prendre encore un petit moment, c’est un exercice à faire 🙂 Quand on a été obèse pratiquement toute sa vie et qu’on à été moqué pour ça, les vieux réflexes sont longs à partir. J’essaie de faire le deuil de mon ancien moi, pour m’aider je lui ai même écrit pour le remercier d’avoir entrepris toutes ces démarches pour être ce que je suis aujourd’hui. Je pense que je n’aurais pas été la personne que je suis actuellement sans tout ce passé. En tout cas maintenant, globalement tout va tellement mieux et mon corps me remercie 🙂

 

Culture Gay : Tu nous livres là un beau message d’espoir. C’est une vraie renaissance ! Et vis-à-vis des garçons, comment ça se passe ?

Crazy : Oui c’est une vraie renaissance, comme me disait mon chirurgien, la dernière fois, “on a appuyé sur le bouton reset”. Je recommence de zéro et c’est une seconde chance. Vis-à-vis des garçons c’est tellement le jour et la nuit ! Je savais au fond que si je perdais, ça allait être mieux, mais je ne pensais pas à ce point. J’ai beaucoup plus d’opportunités et j’ai tendance à vouloir trop en profiter. En fait, j’ai l’impression que ma réelle adolescence commence maintenant, c’est étrange.

 

Culture Gay : Pour en revenir au passé, comment vivais-tu ton homosexualité avant ton opération ? Les gays étaient-ils compréhensifs, t’aidaient-ils à t’accepter tel que tu étais ?

Crazy : Mon homosexualité je l’a vis très bien depuis mes 19 ans, là où tout mon entourage a été mis au courant 🙂 En tant que gay, de façon générale, pour en parler avec mes amis, tout était très bien, mais quand il s’agissait de voir un autre garçon, c’était très compliqué. Les gays en général ne sont pas très tendre et ouvert sur le poids, ils étaient même parfois assez durs. Résultats j’ai eu très peu d’expériences, même si j’en ai eu un petit peu. Conclusion, je dirais qu’ils ne sont pas très compréhensifs en particulier les gays de mon âge. Vous savez, c’est parfois compliqué de vivre dans un monde parallèle aux autres avec des habitudes qui ne sont en général pas ceux des autres, socialement, il faut aussi l’accepter et le faire comprendre aux autres, même si à chaque fois, ils continuent encore à te proposer du coca. Le monde autour de moi n’a pas changé mais moi si, alors il faut savoir jongler correctement et faire l’équilibriste à certains moments ^^

 

Culture Gay : Comment s’est déroulé ton coming-out ?

Crazy : Tout s’est parfaitement bien passé et le coming-out même si je conçois que pour certains l’annoncer n’est pas logique car on a pas à le faire quand on est hétéro, je trouve que c’est bien. Je le vois comme une très bonne opportunitée de faire le ménage et tester notre entourage. De voir si on a vraiment des amis qui sont capables de nous aimer tel que l’on est ou non, par exemple. Faut le voir comme une chance et une très bonne aubaine 😉

 

Culture Gay : Ta famille t’a-t-elle épaulée dans ta décision de suivre cette opération chirurgicale ?

Oui toute ma famille m’a soutenue et épaulée dans cette décision. Ma mère aurait souhaité aussi que je perde sans cette aide, moi le premier. En fait pour tout dire, cette opération j’y pense et me renseigne depuis le collège. On peut dire que depuis tout ce temps j’étais rodé sur le sujet et plus que prêt. A cette époque je n’avais pas encore l’âge requis pour le faire car l’estomac n’avait pas terminé son processus de développement. Quand j’avais 19 ans, j’ai commencé les démarches et j’ai tout arrêté en cours de route, car finalement j’avais peur et n’était pas si prêt que ça. J’ai eu de nouveau le déclic à 21 ans. Et c’était parti pour une année de parcours médical 🙂 C’était aussi difficile de se dire qu’on allait nous couper les 3/4 d’une partie de mon estomac. Ça reste un organe important et le notre, devoir ce dire qu’il faut que je dise adieu à une toute partie de moi même, c’était dur aussi. Mais heureusement, j’ai été très bien soutenu. J’ai même fait des vlogs à la clinique pendant mon parcours et mon hospitalisation. Je compte les mettre bientôt en ligne, si ça peut servir pour de futurs opérés 🙂

 

Culture Gay : Pour conserver le bénéfice de cette opération, es-tu contraint à faire du sport ou dois-tu suivre un régime particulier ?

CRazy : Oui c’est tout pleins d’anciennes habitudes à bouleverser… Et le plus important et bien évidement de le faire mais de s’y tenir à vie. Déjà pour éviter que l’estomac ne se dilate trop, il faut bannir à vie les boissons gazeuses même si c’est de l’eau, les chewings-gums qui en temps normal reste très mauvais, mais imaginez pour un estomac sectionné et ne plus boire pendant les repas. Donc toujours boire en dehors des repas (Arrêter de boire 30 min avant de commencer son repas et reprendre tout doucement 30 min après le fin). Il faut aussi introduire à vie le fractionnement des repas à 6 par jours. C’est-à-dire 3 repas et 3 collations. Certaines collations d’ailleurs font office de dessert. Un exemple, si je mange mon repas du midi,  je ne prends pas de dessert (de toute manière je ne vois pas comment, je n’y arriverais pas si j’ai mangé comme il fallait mon repas). Mon dessert sera mon repas suivant, environ 2h ou 2h30 après la fin du repas précédent. Il faut éviter de manger trop vite et surtout manger en 20 min minimum et grand maximum 45 min. Le cerveau ne reçoit l’information de la satiété par l’estomac qu’au bout de 20 min, c’est comme ça que le corps procède 🙂 Voilà pourquoi il est important de manger doucement en 20 min. Contrairement à ce qu’on a toujours pensé avec les régimes, la privation n’aide pas du tout à perdre bien au contraire, c’est pire. Le fait de manger en petite quantité mais à plusieurs fréquences aide énormément. Déjà à chaque fois que l’estomac entame son processus de digestion, on perd des calories. Donc le faire digérer plus de 3 fois par jours, fait perdre plus de calorie qu’une personne qui ne mange que 2 ou 3 fois par jour. De plus, le fait de ne pas le priver, le corps ne fera aucun stock. Quand on prive le corps d’un repas, au repas suivant le corps va ce mettre en mode réserve et va stocker du gras au cas où vous lui refaites le coups de le priver de nouveau d’un repas. Quand on y pense c’est logique et malin, le corps se protège et anticipe. Donc quand on y pense ça peut faire beaucoup de contraintes et de sacrifices, comme quoi ce n’est pas si simple l’opération quand on fait tout ça à vie. Après encore faut-il que les gens s’y tiennent. Malheureusement ce n’est pas le cas de tous les opérés. Voilà pourquoi il est important de continuer à se faire suivre. 🙂

 

Culture Gay : Tu sembles heureux et même épanoui. Que peut-on te souhaiter pour que ce bonheur soit durable ?

Crazy : Oui je commence enfin à apercevoir le bonheur et l’épanouissement. Pour que ce soit durable, on pourrait me souhaiter de ne jamais me quitter du regard, de ne plus m’oublier comme je l’ai fait, de rencontrer encore et toujours de bonnes personnes, d’aider les autres qui subissent en ce moment ce que j’ai subi les aider à se reprendre en main et aussi à me trouver tout plein de nouveaux projets qui animeront ma vie 🙂 Maintenant que le poids n’est plus présent, c’est vide, il faut vite que je retrouve plein de choses et je sais que je vais en trouver plein, car dans la vie il y a beaucoup à faire quand on le veux bien 🙂

 

Culture Gay : Merci beaucoup !

Crazy : Merci à vous 😀

 

Crazy a décidé de partager avec nous la lettre qu’il a écrite à son “ancien moi”. C’est un document extrêmement intime et touchant.

 

Je quitte donc une personne, une personne qui m’a suivie toute ma vie mais, qui fait partie du passé… Aujourd’hui j’ai eu envie à travers une petite lettre, écrire une lettre à cette personne qui n’est autre que moi-même pour lui dire un petit au revoir…

————————

“À toi, cher Crazy du passé, je tenais à t’adresser cette lettre pour te donner des nouvelles du présent et te remercier. Je voulais te dire merci pour tout ce que tu as su m’a apporté, que ce soit en bien ou en mal depuis ses 20 dernières années. Tu as fait de moi ce que je suis aujourd’hui, une personne consciente des vraies valeurs humaine, qui sait que le physique est un point qui compte, mais qui n’est en rien déterminant pour le reste.
Grâce à toi j’ai dû encaisser beaucoup de moqueries, d’insultes, des regards blessants, mais qui ont su me renforcer et me forger. J’ai pu tirer des leçons de toutes ces douleurs. J’aurais tellement aimé qu’à l’époque où tu étais là, mon présent d’aujourd’hui vienne te rassurer pour te dire ce qui ce passe en ce moment et que tout se déroule à merveille. Ça n’est pas arrivé car c’est impossible.
Si demain j’avais le pouvoir de revenir au passé pour faire les choses autrement et avoir la chance de ne jamais connaître l’obésité, je dirais que… non. Non, car ce sont toutes ces péripéties qui ont rythmé la majeure partie de mon passé et au final si je ne garde que le positif, ça m’a été bénéfique. Ça m’a été utile pour énormément de choses. Quelle personne aurais-je été si je n’avais pas été comme ça ? Mon caractère aurait peut-être été différent, ma personnalité ? Qui sait ? Alors dans tous les cas, je serai toujours reconnaissant d’avoir eu ce corps qui m’a permis d’évoluer dans le bon sens, de vivre un vrai parcours de vie pour pouvoir en finir avec cette obésité. Quelle belle expérience au final, avec de l’enrichissement personnelle. La progression c’est ce qu’il y a de plus intéressant et de plus beau. Si on commence une vie où globalement tout va bien, quel intérêt ?

Ce qui est dingue, c’est que sans toi, ma vie va devenir un grand vide car mon obésité était devenue un grand challenge, un projet qui empiétait sur tout le reste de ma vie. C’est aujourd’hui qu’il est temps pour moi de m’en créer de nouveaux car sinon la vie va être ennuyeuse. C’était ça aussi ma plus grosse crainte de perdre du poids, qu’est-ce qui va me faire envie de me lever tous les matins ? À moi de trouver ! Il y a mille et une chose à réaliser ! 🙂

Il faut maintenant que je fasse ton deuil, que je lâche prise.. Je n’aurais jamais cru que ça allait être aussi difficile, finalement. Moi qui pensais qu’en perdant mon poids, ça allait s’arrêter là. Mais finalement c’est plus complexe à vivre qu’on pourrait l’entendre. Se réveiller un matin devant sa glace et se faire peur à soi-même car on n’a l’impression d’avoir quelqu’un d’autre en face. Pourtant c’est bien nous, une toute nouvelle personne.. Qui a gardé ses traits de visage, sa personnalité mais qui à bien évolué. Je ne parle pas de changement, je parle d’évolution.

Avoir vécu tout ça, c’est une chance folle… Du jour au lendemain on se découvre enfin tel qu’on aurait dû être depuis longtemps, c’est tellement libérateur que la confiance qui se met à s’installer est plus forte que n’importe qui. C’est comme si mon ancien corps était là pour me protéger, me cacher par le biais de la corpulence.. Maintenant je n’ai plus à me cacher. J’ai une assurance qui s’anime en moi que je n’aurais même à peine pu osé imaginer il n’y a encore un an. J’apprends de plus en plus à me reconnecter avec mon corps, à être à son écoute, à y prendre soin et surtout.. à l’aimer. Oui enfin j’ose m’aimer. Contrairement à l’amalgame que certaines personnes font entre les personnes qui s’aiment et les personnes égocentriques et narcissiques, ça n’a absolument rien à voir. Soit on décide d’être son propre meilleur ami, soit d’être son pire ennemi. Personnellement maintenant j’ai vite fait d’avoir choisi 🙂

Et comme dirait notre très cher Oscar Wilde : « S’aimer soi-même, c’est se lancer dans une belle histoire d’amour qui durera toute la vie ». On dit qu’il est très important de s’aimer pour mieux aimer les autres, c’est comme ça et affirmé depuis longtemps. Alors, il était temps de commencer à m’investir sur ma propre santé car quoi qu’on fasse dans la vie, si on a pas la santé, on a rien.   Merci pour tout ce que tu as entrepris pour notre présent et ainsi que le futur qui arrive, sans ça, je ne serai pas devenu la personne que je suis aujourd’hui. J’aurai beau écrire plus de mots, ça ne suffira jamais assez pour exprimer ma reconnaissance et ma gratitude envers toi. Mais aujourd’hui il est temps pour toi de tirer ta révérence 🙂

Alors à toi, Crazy du passé, je te dis un grand au revoir et te tiens par la main comme on le ferait à un enfant pour te rassurer et te laisse t’en aller car tu n’appartiens plus au présent. Jamais je ne t’oublierai car je ne souhaite pas t’oublier et oublier d’où je suis parti. Dans une course la distance parcourue est importante mais le point de départ l’est d’autant plus.
Merci encore 🙂  “

 

1 thought on “Perdre 70 kilos a totalement changé ma vie !”

  1. Bravo, j’ai également fait ce choix et j’en suis à -37kg en 5mois 1/2. C’est un veritable choix et un pur bonheur de retrouver des tailles perdues depuis des années et de pouvoir avancer et monter des étages ou se baisser sans être essoufflé. Je voudrais pouvoir prendre contact directement avec toi Crazy si tu veux bien. Tiens moi au jus si tu es ok et on essaye de trouver une solution. À tres bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *