Mathieu et Vincent, l’amour est dans les prés

Chevrerie

Mathieu et Vincent ont la passion des animaux. Ils se sont rencontrés à la campagne et ont décidé de vivre entourés de chèvres. Ils ont de nombreux projets et ils partagent aujourd’hui avec nous un peu de leur amour et de leur passion.

Culture Gay : Bonjour Mathieu, toi qui vis à la campagne, comment est la vie d’un gay des champs ?

Mathieu : La vie à la campagne est assez cool, surtout quand on tient un commerce de proximité. On voit du monde, on discute, on découvre les gens. Franchement, c’est très sympa et nous sommes à proximité de lieux touristiques, ce qui facilite les échanges aussi. On ne s’ennuie jamais à la ferme, surtout quand on s’occupe de 80 chèvres.

 

12828360_10207666379049527_806192168194893686_oCG : Est-ce plus difficile de faire son coming out à la campagne qu’à la ville ?
Mathieu : Je ne peux pas dire si le coming out est plus ou moins facile à la campagne. Disons que c’est différent. À la ville, on passe plus inaperçu. À la campagne, tout se sait. Mais ici les gens sont sympas. Et les mentalités évoluent. On se sent intégrés et même mieux soutenus ! ^^

 

CG : Peux-tu nous raconter comment tu as rencontré ton copain ?
Mathieu : Avec Vincent nous nous sommes rencontrés sur un site gay. Jusque là rien d’original… Mais lorsque je lui ai laissé mon numéro de téléphone, mon ordinateur a lâché et nous aurions pu perdre définitivement le contact. Mais la chance était de notre côté car Vincent avait mes coordonnées et nous avons pu faire connaissance en live. Aujourd’hui ça fait quatre ans que nous ne nous sommes pas quittés.

 

CG : Avec lui ça a été le coup de foudre ou vous êtes tombés amoureux progressivement ?
Mathieu : Je dirais un peu des deux, nous nous sommes plus tout de suite. Au fil des jours, des mois et des années, nos sentiments se renforcent. C’est vrai, entre nous c’est un peu l’amour vache. On aime bien se lancer des vannes toute la journée. Mais ce n’est jamais méchant. C’est notre manière de nous aimer.

 

ChevresCG : Vous avez ensuite monté une chèvrerie. Peux-tu nous expliquer en quoi ça consiste ? Pourquoi des chèvres et pas des vaches ou des moutons ?
Mathieu : Vincent a acheté une vieille ferme et le terrain nécessitait beaucoup d’entretien. Du coup, il a acheté trois chèvres, puis cinq et de nouuveau cinq. Nous avons donc réfléchi à vivre de cette passion. Nous avons créé notre chèvrerie – ferme pédagogique. Nous avons choisi les chèvres, car elles sont accessibles (de taille) curieuses et débordantes d’amour. C’est un vrai plaisir. Mais nous avons quand même une brebis surnommée « Moutmoute » ! ^^ À cela s’ajoute des poules, des oies, des paons, des cochons vietnamiens, un poney et des lapins !

 

CG : Aujourd’hui vous souhaitez faire un appel pour un financement participatif. Dans quel but ?
Mathieu : Oui, nous nous lançons dans un financement participatif. Nous avons pour objectif de financer la construction d’une nurserie pour nos chevrettes avec le soutien de tous ceux qui voudront bien participer à ce projet. Il suffit de cliquer sur ce lien pour parrainer nos chèvres, acheter de la tomme sous cloche en bois gravé avec son nom gravé dessus. Une fois l’aménagement de ce bâtiment réalisé, nous pourrons réaménager une partie de nos étables en salle d’accueil et ainsi créer divers ateliers pédagogiques. Une participation de chacun même petite nous permettrait de faire beaucoup. Merci d’avance à toutes celles et ceux qui voudront bien participer à cette aventure avec nos chèvres !

https://www.miimosa.com/un-batiment-pour-nos-chevrettes
http://lafermeduparadis-chevrerie.com/

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone
Partagez ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *