Discriminations : « Je souffre encore de ce que j’ai vécu pendant mon enfance »

Discriminations
Culture Gay a interrogé des lecteurs au sujet de l’homophobie vécue depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte. Nous publierons ces interviews sur cette page.
CG : Vous souvenez-vous quel âge vous aviez quand vous vous êtes senti discriminé pour la première fois ? 
Greg : J’avais 16 ans, j’étais très mal dans ma peau mais en couple avec un garçon qui avait 10ans de plus que moi. J’ai eu une torsion testiculaire un an avant cette rencontre que j’ai très mal vécu, d’autant plus qu’il y a eu ablation d’un testicule, autant vous dire que mon adolescence fût un enfer! Déjà car je me sentais différent au niveau de ma sexualité, j’ai toujours su que j’étais homosexuel dès mon plus jeune âge et en plus je n’avais plus qu’un testicule, dur à supporter quand on prend les douches ensemble pendant les cours de sport. Je me suis senti discriminé à l’école envers les autres garçons ce qui m’a complètement isolé à l’époque. Stigmatisé sur ma différence par les garçons, j’appréhendais, la boule au ventre chaque jour  avant de rentrer dans la cour d’école. Ce que j’avais le plus peur c’était d’affronter le regard des autres, je ne m’aimais pas, ne m’acceptais pas et me sentais en marge et inférieur aux autres.

CG : Est-ce que des adultes autour de vous en ont pris conscience immédiatement et vous ont aidé ?
Greg :  A l’école, je ne me souviens d’aucune aide de la part des professeurs. En revanche, lors de ma 2ème année de bac professionnel commerce, cela était devenu tellement insupportable, que mes parents ont accepté que je fasse ma dernière année par correspondance ce qui m’a apporté l’obtention du bac en fin d’année, j’étais fier de moi pour une fois! Mais au final, je n’ai fais qu’accentuer mon isolement, c’est alors que j’ai déclenché une phobie sociale, peur des autres, manque de confiance en moi. Je souffre actuellement de phobie sociale, il y a aucune amélioration au niveau psychologique alors que je vais sur mes 28ans dans quelques jours.
CG : On dit souvent qu’il n’y a pas plus cruels que les enfants entre eux, croyez-vous que les enfants sentent par instinct qu’un enfant deviendra homosexuel avant même que celui-ci ne le sache ?
Greg : Affirmatif ! Je m’explique, c’est les autres qui m’ont fait découvrir mon homosexualité. Forcément au début, on ne le sait pas et très vite en recevant des réflexions, des insultes de la part des autres camarades, on se pause des questions sur notre sexualité. Parfois, c’était tellement évident pour eux ma façon de me comporter! Je me souviens être entouré que de filles pendant la récréation, jamais je n’allais tirer dans un ballon! Et pour finir je me souviens qu’une fois en classe de 4ème, un camarade m’avais dit “Est ce que tu aimes les garçons?” !!! J’étais rouge de honte, j’aurais voulu disparaître au plus vite, et du coup je n’ai même pas pu répondre. Sinon effectivement, mes parents ont toujours deviné que j’étais homo, quand je leur ai dit ce n’était pas vraiment une surprise!
CG : Comment se caractérisaient les brimades dont vous avec fait l’objet ? 
Greg : Pour ma part, se fût des insultes venant des autres surtout quand il y avait effet de groupe, je me souviens que quand ce groupe se dispersait, il n’y avait plus rien. Les méchants étaient devenu gentils. J’évitais en permanence les groupes, la sorti du lycée, j’attendais une demi heure avant que tout le monde rentrais chez eux. En faite, j’évitais le plus souvent de me retrouver face aux autres du coup, moins d’humiliations. Déjà à l’époque, j’avais mis des stratégies en place afin de ne pas affronter le jugement des autres.
CG : Si vous n’aviez pas subi ces discriminations, pensez-vous que vous auriez eu des résultats scolaires différents ?
Greg : Si je n’avais pas subi de discrimination, déjà je serai resté scolarisé sans faire mes cours par correspondance et je me serais sociabilisé avec mes camarades de classe. Mes résultats scolaires n’aurait pas forcément était différent car j’étais plutôt nul à l’école, je ne dépassais jamais la moyenne.
CG : Vis-à-vis de vos amis comment ressentiez-vous ces différences ? Aviez-vous un ou des amis à qui vous confier ?
Greg : Je me suis confié à l’époque à ma meilleure amie dont j’étais très proche et qui m’aidait à affronter le regard des autres. Elle étant aussi mal dans sa peau du à son surpoids, on se sentait tous les deux différents et on avançait un peu main dans la main pour se soutenir! C’était une fille formidable.
CG : Quels conseils donneriez-vous à adulte témoin de tels discriminations ?
Greg : Il faut intervenir tout simplement! Essayer de dialoguer avec le jeune qui souffre de discrimination et qui souvent malheureusement se renferme sur lui même, essayer de l’épauler, comprendre son mal être et pourquoi pas lui proposer un suivi avec un psychologue. L’adulte en question, si c’est un professeur, pourquoi pas en parler lors d’un conseil de classe. Ne surtout pas faire l’autruche et montrer qu’on peut aider un adolescent en souffrance, se sentir responsable et prendre conscience que la situation peut engendrer des difficultés à s’intégrer avec les autres camarades.
CG : Avec le recul, gardez-vous plutôt de l’amertume, après toutes ces expériences ? Pensez-vous que dans un monde sans discriminations, vous seriez devenu une personne différente ?
Greg : Aujourd’hui, je me sens tellement différent des autres. J’aimerai avoir une meilleure estime de moi même! Je souffre encore de ce qui s’est passé pendant cette période. Sans ces difficultés, je serais certainement devenu une autre personne et je me sentirai plus épanoui dans ma vie actuelle. En faite, je voudrais repartir à zéro et tout recommencer!
CG : Merci beaucoup !
Greg : Merci de m’avoir lu.
Vous pouvez, vous aussi témoigner afin d’être publié sur Culture Gay. Il vous suffit de vous rendre sur cette page ! N’hésitez pas ! 😉
PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone
Partagez ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *