Comment réagir face à des commentaires homophobes sur les réseaux sociaux

Sur Facebook, Twitter, Google+ et tous les autres, une photo de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet et vous serez vite bloqué. Alors que les propos racistes, homophobes, sexistes, antisémites, haineux, misogynes, mettent un temps infini a être censurés. La solution consiste bien souvent à faire le travail nous-même. Armez-vous de patience et voyons les choses plus en détails.

Ryan Halligan s'est suicidé après des commentaires homophobes.

Ryan Halligan s’est suicidé après des commentaires homophobes.

L’anonymat sur internet, une légende

Difficile de savoir à qui on a affaire sur internet. Les homophobes sont de grands lâches, souvent jaloux du bonheur et du courage des autres, qui s’imaginent supérieurs aux autres parce qu’ils suivent le troupeau. Ils utilisent généralement un pseudo bidon derrière lequel ils se cachent et se croient tout permis. Ce que ces imbéciles ne savent pas, c’est que les sites se moquent de leurs pseudos et mots de passe. Ce qui les intéresse c’est leur adresse IP. Grâce à elle, Facebook, Twitter, Google+, connaissent immédiatement leur pays de résidence ainsi qu’une foule d’informations comme le numéro de série de leur terminal. Les réseaux sociaux vont plus loin en scannant les signets (bookmarks) de leur navigateur. Ainsi, même si ils sont plusieurs à utiliser une connexion internet, il est très facile de les identifier. Dites-vous donc qu’un homophobe sur internet n’est jamais réellement anonyme et que retrouver son identité n’est qu’une question de temps. C’est un bon point pour vous. Au regard de la loi c’est tout ce qui compte. Mais avant d’engager des procédures judiciaires et de démasquer l’homophobe qui vous insulte par écran interposé, il existe des solutions qui, en trois clics, vous permettront de les calmer.

Utilisez le signalement de votre réseau social

Signaler l'un de vos contacts à Facebook

Signaler l’un de vos contacts à Facebook

Chaque réseau social possède sa procédure de signalement. N’hésitez pas à fouiller dans tous les menus (qui changent souvent d’emplacement). Facebook et les autres ne souhaitent pas faire de publicité autour d’une affaire de harcèlement homophobe. Vous pouvez supprimer les commentaires vous même, bloquer ou bannir un utilisateur. En dernier recours, pensez à signaler l’utilisateur homophobe à Facebook. Plusieurs questions vous seront posées et après quelques messages, le réseau social vous guidera vers la situation la mieux appropriée. Choisissez “Il s’agit de harcèlement envers moi”. En principe, si les insultes sont reconnues, le compte de l’utilisateur pourra être bloqué plusieurs jours ou même définitivement.

 

Utilisez la loi contre les discriminations

En général, un simple rappel de la loi suffit. Culture Gay l’a copié pour vous. Il vous suffit de la coller à votre tour sur votre mur en commentant les insultes dont vous êtes victime. Quand votre agresseur aura réalisé ce qu’il risque, il cessera peut-être de se comporter comme un imbécile.

Toute expression outrageante, tout terme de mépris ou invective qui n’est fondé sur aucun fait est une injure. L’injure peut être privée ou publique (lorsqu’elle intervient dans l’espace public) :

  • discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics ;
  • écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l’écrit, de la parole ou de l’image, vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics ;
  • placards ou affiches exposés aux yeux du public ;
  • tout moyen de communication au public par voie électronique.

Même si l’injure peut être difficile à prouver (nécessité de témoins…), la plainte en commissariat est la procédure légale la plus courante.
L’injure privée envers un particulier est passible d’une contravention de 4e classe (750 € maximum), ce qui n’empêche pas l’octroi d’éventuels dommages et intérêts. L’injure publique envers un particulier est punie d’une amende de 12 000 €.
Si l’injure est homophobe, les peines sont aggravées : 6 mois d’emprisonnement et 22 500 € d’amende. Les peines sont les mêmes en cas d’injure publique visant un groupe de personnes et fondée sur leur orientation sexuelle.

Capture réalisée sur la page Facebook de Culture Gay

Un homophobe sous pseudo qui pense être anonyme sur Facebook.

 

Signalez une page ou un site qui font preuve d’incitation à la haine

Si vous ne pouvez pas joindre votre agresseur via un message ou un commentaire, vous pouvez toujours vous tourner vers cette autre solution. Le gouvernement a mis en place un site qui vous permet de signaler un contenu homophobe, discriminant, abusif, mais également toutes sortes de délits :

'internet-signalemen_' - www_internet-signalement_gouv_fr_PortailWeb_planets_SignalerEtapeChoixTypeContenu!input_action

N’utilisez ce site que si vous n’avez pas d’autre solution. Dites-vous bien que les forces de l’ordre font face à des escrocs en tous genres, des réseaux de pédophilie ou de prostitution où les victimes peuvent souffrir physiquement. Ce n’est pas la meilleure solution pour des délits insignifiants. Mais si vous vous sentez en danger, n’hésitez pas un instant.

 

Contactez SOS Homophobie

Ce sont des professionnels, ils ont l’habitude. Que vous soyez lycéen, salarié ou simple citoyen, ils sauront vous écouter et vous aiguiller vers le service le plus adapté.

SOS HOMOPHOBIE : 01.48.06.42.41
Pas d’écoute les jours fériés. Lundi à vendredi : 18h – 22h – Samedi : 14h – 16h Dimanche : 18h – 20h  Chat’écoute tous les jeudis 21h – 22h30 et dimanches 18h – 19h30 (sauf jours fériés)

 

Chaque situation a une solution

Homophobie1Ne vous repliez surtout pas sur vous-même. C’est justement ce que cherche votre agresseur. Parlez-en à vos parents, à vos amis, à vos collègues. On doit savoir que vous êtes victime de harcèlement. Le harcèlement est une forme de torture mentale et il n’y a aucune raison que vous subissiez ce genre de pression du fait de votre orientation sexuelle. Réagissez, battez-vous, vous n’êtes pas seul(e). Nous sommes avec vous !

 

 

 

 

 

 

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone
Partagez ce post

1 thought on “Comment réagir face à des commentaires homophobes sur les réseaux sociaux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *