Chris Verhoest : « L’inspiration me vient de partout ! »

« J'ai conduit jusqu'à toi », le nouveau roman de Chris Verhoest.

« J’ai conduit jusqu’à toi », le nouveau roman de Chris Verhoest.

Après des études de lettres modernes afin de devenir enseignante, Chris Verhoest s’est lancée avec succès dans une carrière de romancière. Originaire de Caen, c’est à Rouen qu’elle a posé son clavier d’où elle nous répond aujourd’hui…

 

Culture Gay : Bonjour, pouvez-vous vous présenter pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore ?
Chris Verhoest :
J’ai quarante-deux ans, je suis originaire de Caen, en Normandie. Je vis actuellement près de Rouen. J’ai aussi vécu à Cherbourg, et je connais très bien la Bretagne. Bref, je suis de l’Ouest, et je ne peux pas m’éloigner de l’océan. J’ai fait des études de Lettres Modernes, j’ai passé un Capes pour être professeur de français. Depuis quatre ans, je me consacre exclusivement à mes activités littéraires.

Culture Gay : Vous avez publié pas loin d’une trentaine de romans, quelles sont vos sources d’inspiration ?
CV :
Tout. Une photo, un fait divers, un visage croisé dans la rue ou un magasin, une chanson. Je suis une curieuse compulsive, il suffit de quelques secondes, et le déclic se produit.

CG : Comment êtes-vous venue à l’écriture ? Est-ce une discipline que vous avez toujours pratiquée ou avec-vous ressenti un déclic un jour ?
CV :
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. J’y suis venue parce que j’adorais lire, et je voulais faire pareil que les auteurs qui me permettaient de m’évader. J’ai commencé par de petites histoires dans des cahiers, quand j’avais dix ou onze ans. J’ai écrit mon premier vrai roman à dix-huit ans. J’ai fait des études de Lettres. Tout tourne autour des livres.

CG : Pouvez-vous nous parler de votre dernier roman ?
CV :
« J’ai conduit jusqu’à toi » est un road trip qui parait le 25 avril. C’est mon premier roman se déroulant aux USA, à travers les USA. J’avais envie de changer d’air, de grands espaces, de liberté, je m’efforce de renouveler sans cesse mes thèmes…

CG : Pourquoi êtes-vous davantage attirée par les romances entre garçons plutôt que des histoires d’amour classique entre un homme et une femme ou deux femmes ?
CV :
Je dirais que c’est ma nature, comme un homme gay est gay, par nature, et non par choix. Les romances hétéros classiques m’ont souvent laissée de marbre, d’ailleurs j’en ai très peu lu. Je me reconnais davantage dans un couple d’hommes. Je m’identifie complètement. C’est juste moi.

CG : Lequel de vos romans a été le plus difficile à écrire et pourquoi ?
CV :
Je dirais Donovan. Je me suis immergée dans ce personnage qui part et revient, changé, traumatisé, renfermé, et parfois, c’était dur, toute cette empathie. C’était douloureux, de ressentir ce qu’il y avait dans sa tête.

CG : Sur Amazon, vos romans ont tous de très bonnes critiques. Vous êtes-vous constituée une communauté de fans ? Vous aident-ils dans l’élaboration de vos romans ?
CV :
Ma communauté de lecteurs s’est constituée au fil des années, on a appris à se connaître avec certains, et c’est génial qu’il y en ait de nouveaux qui arrivent. Je pense à wattpad en disant cela. Au départ, cette plateforme était une simple expérimentation, en juin 2015. J’ai adoré communiquer avec les lecteurs chapitre après chapitre, en lisant leurs ressentis, leurs questions, ce qu’ils préféraient. C’est toujours plein d’émotion pour moi. Depuis, on collabore de cette façon et je les en remercie. Profondément.

Chris Verhoest

Chris Verhoest

CG : Pour écrire autant, quel est votre secret ? Vous travaillez sur vos manuscrits à plein temps ?Vivez-vous de l’écriture ?
CV :
L’inspiration a son rôle à jouer, quand on imagine au départ une histoire, un univers, des péripéties. Mais ce qui compte aussi, c’est d’écrire régulièrement. Tous les jours. C’est une discipline quotidienne et je m’y tiens depuis 2009, ce qui explique le nombre de romans publiés. Je travaille sur mes histoires à plein temps depuis quelques années. Comme pour de nombreux artistes, je dirais c’est la vie de Bohême, côté revenus.

CG : Trouvez-vous le temps de lire ? Quels sont vos auteurs de chevets ? Quels sont les auteurs ou les romans que vous nous conseillez ?
CV : Je pense qu’il faut écrire régulièrement, et je pense que pour écrire, il faut lire. Je lis donc quotidiennement. Mes auteurs de chevet, ceux qui m’ont formée, c’est Emily Brontë et Anne Rice. Puis Yves Navarre et Armistead Maupin, pour les romans à thématique gay. Désormais, je lis beaucoup de M/M. Chez les anglo-saxons, j’ai une prédilection pour Amy Lane, Zahra Owens…et pas mal d’autres, en fait. Chez les français, mes chouchous sont HV Gavriel et VD Prin. En fait, c’est difficile, parce que j’ai eu beaucoup de coups de cœur. La romance M/M est riche, et il y a de jolies perles. Lily Haime a une écriture superbe. Et je conseille aussi une autre Lily, Lily S Mist et son roman twilight (sans vampire brillant ! )

CG : Lorsque vous commencez l’écriture d’un roman, connaissez-vous d’avance sa fin ou vous vous imaginez l’intrigue au fur et à mesure ?
CV : ça dépend des romans. Pour mes fantastiques, j’ai une idée très précise de l’évolution des choses. Pareil pour mes policiers, il était impératif de connaître la fin et de déposer les indices qu’il fallait à des moments précis. Pour les romans réalistes que j’écris actuellement, j’ai les fiches des personnages, des fils rouges et une fin positive. Le reste s’élabore au fur et à mesure.

CG : Sur quel roman travaillez-vous actuellement ? Pouvez-vous nous en dire deux mots ?
CV : Je travaille sur mon deuxième roman américain, «  tu as brûlé mon cœur ». Il est indépendant du premier, mais il est centré sur un personnage apparu dans le road trip. Un garçon fluide, Milo, qui se sent aussi masculin que féminin. Il y avait longtemps que je souhaitais introduire un personnage comme lui, qui me ressemble beaucoup.

CG : Merci beaucoup !

 

jaiconduitjusquatoiLen Hathaway, 20 ans, sort de deux ans de prison pour une agression dont il n’est même pas responsable. Sa mère refuse de le recevoir. Il n’a plus rien d’autre que ses maigres possessions et sa voiture. Alors il décide de prendre la route pour retrouver Ashley Kane, son ami d’enfance, qui l’a toujours secrètement attiré et qui habite désormais en Californie. Il va falloir traverser le pays, avec pour seule compagnie cette interrogation : quel avenir l’attend au bout de la route ? En chemin, il prend à son bord Jody Adams, un jeune homme au passé aussi lourd que le sien. Jody a des manies bizarres et souffre de traumatismes physiques et mentaux difficiles à gérer.
Quelle tournure va prendre la vie de Len ? Quelle place y a-t-il pour Ashley ? Pour Jody ? Au croisement des destins… J’ai conduit jusqu’à toi…
Len Hathaway, 20 ans, sort de deux ans de prison pour une agression dont il n’est même pas responsable. Sa mère refuse de le recevoir. Il n’a plus rien d’autre que ses maigres possessions et sa voiture. Alors il décide de prendre la route pour retrouver Ashley Kane, son ami d’enfance, qui l’a toujours secrètement attiré et qui habite désormais en Californie. Il va falloir traverser le pays, avec pour seule compagnie cette interrogation : quel avenir l’attend au bout de la route ? En chemin, il prend à son bord Jody Adams, un jeune homme au passé aussi lourd que le sien. Jody a des manies bizarres et souffre de traumatismes physiques et mentaux difficiles à gérer.
Quelle tournure va prendre la vie de Len ? Quelle place y a-t-il pour Ashley ? Pour Jody ? Au croisement des destins… J’ai conduit jusqu’à toi…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone
Partagez ce post

1 thought on “Chris Verhoest : « L’inspiration me vient de partout ! »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *