Homoparentalité : Pour certains, nous sommes des phénomènes de foires

Cécilia : Pour certains, nous sommes comme des phénomènes de foires

Cécilia se décrit ainsi : “Je suis assez compliquée, car je suis hétéro (j’ai 3 enfants), en couple avec une jolie demoiselle depuis presque 11 ans (mais pas lesbienne, ni bi) et j’ai un faible pour les homosexuels depuis toujours. Je les trouve tellement beaux !!! Je me suis toujours dit que j’étais attirée parce qu’ils sont sans doutes inaccessibles…”

 

Culture Gay : Bonjour Cécilia, vous vivez avec une femme et vous avez des enfants ?

Cécilia : J’ai rencontré ma compagne chez des amis communs. On ne parlait pas plus que ça à l’époque. Et puis un jour on s’est croisée dans la rue et elle m’a vue dans un état de désarroi. Et depuis, c’est devenue mon ange gardien. Elle s’est occupée de nous alors que nous n’étions qu’amies. Un rapprochement si fort ! Notre amitié a duré 7 mois durant lesquels ne nous faisions plus rien l’une sans l’autre. On s’appelait plusieurs fois par jour. Elle habitait encore chez sa mère et ne rentrait plus chez elle. Après le travail elle venait directement chez moi. J’étais en couple à l’époque avec un homme et c’était assez compliqué. Elle a même assisté à l’accouchement de mon dernier. Et puis le rapprochement était de plus en plus fort jusqu’au soir ou nous nous sommes vraiment aimées.

 

Culture Gay : Vous n’avez donc aucune relation sexuelle ou affectives ?

Cécilia : Non, c’était une première pour moi.

 

Culture Gay : Votre amie est lesbienne ou bien, comme vous, elle se contente de cette amitié fusionnelle ?

Cécilia :  Elle avait un petit copain, à l’époque. Mais plusieurs membre de sa famille m’ont dit qu’ils ne l’avait jamais vu avec quelqu’un.

 

Culture Gay : Vous formez une famille originale. Deux filles hétéros qui s’aiment et qui élèvent des enfants. Quel regard portent sur vous vos vos amis, famille, collègues ou voisins ?

Cécilia : Ça dépend. Je ne parle pas de ma vie personnelle au travail, car je travaille avec des personnes âgées. La plupart des anciens sont homophobes. J’ai déjà vécu une mauvaise expérience professionnelle en racontant ma vie. Ça m’a coûté une dépression et un arrêt de travail de 9 mois. Pour certains, nous sommes comme des phénomènes de foires. Pour d’autres, ils kifferaient de se glisser entre nous deux. Sinon en général, ça va. Mais on ne leur laisse pas le choix de toute façon !

 

Culture Gay : Vous êtes mère d’un ou plusieurs enfants. Comment se passe leur relation avec votre conjointe ?

Cécilia : Oui, à l’époque de notre rencontre  ils l’avait 6 ans, 3 ans et le dernier allait naître. Ma compagne joue plus qu’un rôle de belle mère. Ils l’appellent “Tata” parfois “Mamou” et “marraine” pour un de mes garçons. Pour elle ce sont les siens. Elle fait leur éducation et leur donne autant d’amour que si elle était leur propre maman.

 

Culture Gay : Comment vos enfants perçoivent votre relation ? Est-ce qu’ils ont déjà montré une gène vis-à-vis de leurs camarades d’écoles ou subi des pressions à cause de cela ?

Cécilia : Non pas vraiment. Il faut dire qu’on reste discrètes, car les enfants sont méchants entre eux. On est dans notre petit cocon. Mais les écoles savent très bien que nous sommes en couples. Et pour les enfants tout ce qui compte c’est que nous soyons une famille unie.

 

Culture Gay : On sait que les adultes sont cruels entre eux, mais toujours moins que des adultes comme Christine Boutin, Frigide Barjot, Ludovine de La Rochère, Laurent Wauquiez, qui ont eut des propos terribles envers les enfants de couples homosexuels. Comment vivent-ils cette forme de ségrégation dont ils sont la cible dans les médias ?

Cécilia : Ben on en parle pas vraiment. Nous sommes catholiques malgré le rejet des autres croyants. Les enfants et nous savons bien que seul Dieu peut nous juger. Si notre relation est un péché pour les catholiques, nous savons bien que Dieu n’est qu’amour.

 

Culture Gay : Au niveau de l’éducation, est-ce que les enfants sont mieux cadrés, sachant qu’ils ont deux mamans ? Ne manquent-ils pas une présence masculine à la maison pour tempérer les caractères féminins ?

Cécilia : Je sens bien que leur papa leur manque. Mais c’est son choix à lui. Leur vrai exemple masculin était mon papa à moi. Il nous a quitté il y a presque 3 ans. Ma femme est l’autorité et moi je suis un peu plus laxiste…

 

Culture Gay : Si l’un de vos enfants vous annonçait qu’il était gay, qu’elle serait votre réaction ?

Cécilia : Je serais triste qu’ils aient à affronter ce que nous surmontons au quotidien mais tellement heureuse qu’il se sentent aimés ! Peut importe leur choix je serai avec eux car je les aime et j’aimerai aussi leur futur(e)s conjoint(e)s.

 

Culture Gay : Merci beaucoup !

Cécilia : Tout le plaisir était pour moi je vous souhaite une bonne continuation !

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Homoparentalité : Nos enfants sont plus libres que ceux des couples hétéros

Julien a décidé d’assumer son homosexualité et de refaire sa vie à l’âge de 30 ans.

Julien et son mari ont d’abord été mariés pendant plusieurs années avec des femmes avant de se rencontrer. C’est seulement à l’âge de 30 ans que Julien a réalisé qu’il était vraiment homosexuel. Au beau milieu de la nuit, il a senti une forme de rejet qui l’a conduit à penser que ce n’était plus possible de rester avec sa femme. Il vit désormais dans les environs de Lille avec son mari et ses trois enfants..

 

Culture Gay : Bonjour Julien, comment s’est déroulée votre transition avec vos enfants ?

Julien : Nos trois filles étaient jeunes lorsque je me suis installé avec mon mari. Elles ont toutes les trois deux ans de différence (14, 16 et 18 ans lors de notre mariage) et elles  étaient ravies de notre union, surtout d’être nos demoiselles d’honneur !

 

Culture Gay : Elles étaient également en pleine adolescence, à l’âge où on cherche des repères par rapport aux garçons…

Julien : On les a toujours protégé. On ne cotoie pas trop le milieu gay, même si nous avons des amis homos et hétéros. Elles ont reçu une éducation ouverte. Nos filles ont eu une période où elles se sont cherchées à travers des aventures avec d’autres filles. Évidemment, nous ne sommes pas intervenus. Mais nous les avons jamais influencé vers l’homosexualité ou l’hétérosexualité. Elles ont fait leur choix. Nous aurions aussi bien accepté l’un que l’autre. Elles sont peut-être plus libres que les enfants de couples traditionnels. Elles n’ont pas de tabou, car elles savent qu’elles peuvent parler de tout avec nous. Nous n’étions pas très démonstratifs devant elles. Mais nous ne nous cachions pas. Lorsque nous avions envie de nous embrasser ou autre, nous le faisions. Nous voulions également leur inculquer que si nous nous étions séparés de leurs mamans, nous vivions désormais une nouvelle histoire d’amour dans laquelle nos enfants avaient toute leur place.

 

Culture Gay : Vos filles ont-elles jamais abordé le thème général de l’homosexualité avec vous ?

Julien : Elles n’ont pas besoin d’en parler parce qu’elles comprennent qui nous sommes. Elles n’ont pas le regard homophobe que peuvent porter certains jeunes d’aujourd’hui (pas tous). Les gens sont souvent surpris quand ils savent que nous sommes gays, en couple, avec des enfants. Pour certains, l’homoparentalité, c’est encore la cage aux folles. Pour nos filles notre couple est normal et stable depuis 14 ans, avec beaucoup d’amour. Elles ne nous voient pas comme un couple gay, mais comme un couple, tout simplement.

 

Culture Gay : Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui sont en couple depuis six mois et qui rêvent de fonder une famille ?

Julien : Il faut qu’ils aient une relation très forte, car un enfant c’est pour la vie. Je pense qu’à vingt ans on est un peu trop jeune, il faut être mature, soi-même, car c’est beaucoup de responsabilités. Mais quand la confiance est là, mon conseil c’est de foncer et de tout faire pour en avoir ! Je me rends compte que j’ai beaucoup de chance avec nos trois filles. En France, nous avons tout de même la chance de pouvoir vivre notre vie. S’ils forment un couple stable et qu’ils ont les moyens, il faut se lancer. Pour moi, un enfant c’est très important pour un couple gay. Si je n’en avais pas, je pense que cela m’aurait manqué. Cela permettra au couple d’avoir un lien avec la jeunesse d’aujourd’hui. J’ai passé une première partie de ma vie à faire des efforts. Passé trente ans, on a envie d’être soi-même. Et aujourd’hui, je peux le dire, je suis libre et très heureux avec mon mari et nos trois enfants.

 

Culture Gay : Merci beaucoup !

Julien : Merci à vous !

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Amoureux de mon cousin, je voudrais vivre avec lui

Amoureux de mon cousin, je voudrais vivre avec lui

 

Martin nous écrit son désespoir depuis Rennes. Amoureux de son cousin depuis plusieurs années, ses sentiments le rongent et il ne sait pas comment faire évoluer cette situation. Il a accepté de répondre à nos questions.

 

Culture Gay : Bonjour Martin, tu as aujourd’hui 29 ans et tu vis à Rennes. Comment as-tu découvert que ton cousin était gay et réciproquement ?

Martin : Moi j’étais très très jeune, je dirais à l’âge de 12 ou 13 ans. Et je l’ai découvert à propos de mon cousin lorsqu’il est venu passer ses vacances d’été chez mes parents. Il devait avoir 14 ans. Aujourd’hui il a 25 ans

 

Culture Gay : Parlons un peu de lui. Qu’est-ce qu’il a de spécial, qu’est-ce qui t’attire en lui ?

Martin : Il a 25 ans et nous avons  4 ans d’écart… Il vit sur Paris. Il a fait son coming-out assez tôt, avant ses 18 ans. J’adore son sourire, ses yeux… Pour ce qui est du physique, je dirais que tout en lui me plaît. Mais c’est aussi une belle personne, qui a le goût et l’envie d’entreprendre. Il a beaucoup d’énergie, il est cultivé, il sait beaucoup de choses…

 

Culture Gay : Idéalement, si tu avais une baguette magique que souhaiterais-tu vivre avec lui ?

Martin : Toute ma vie, être en couple et vivre heureux, se marier, construire une maison, avoir des enfants, etc… La vie d’un couple quoi ! 🙂

 

Culture Gay : Tu es amoureux de lui depuis le plus jeune âge ?

Martin : Je suis amoureux de lui depuis le jour de notre rencontre, c’est à dire vers mes 17 ans, lors de ces fameuses vacances chez mes parents… Car ma mère avait perdu de vue sa famille. C’était donc la première fois qu’on se voyait…

 

Culture Gay : Tu as déjà “consommé” les choses avec lui ?

Martin : Oui et non… Disons, pour être honnête, qu’il n’y a jamais eu vraiment de sexe… Mais toujours des rapprochements physiques… Des papouilles, des câlins, des caresses et quelques fois des bisous très tendres…

 

Culture Gay : Votre histoire ressemble presque à un conte de fées ! On voudrait qu’il finisse bien. Pourquoi n’êtes vous pas encore ensemble ??? 🙂

Martin : On se dit qu’aux yeux des gens, ce n’est pas bien… Même si moi, de mon côté, mon entourage m’encourage. Pour eux (parents frère, sœur et amis) ce n’est pas un cousin germain… et que quoi qu’il arrive, il n’y aura pas d’enfant naturel, alors bon… On ne porte même pas le même nom !

 

Culture Gay : S’il lit cet article, quel message aimerais-tu  lui adresser ?

Martin : Que je l’aime ! Que j’aimerais que ce soit l’homme de ma vie, qu’avec lui je veux vivre les plus beaux moments que l’on peut vivre dans une vie et faire de lui l’homme le plus heureux de ce monde !

 

Culture Gay : Tu es en contact régulier avec lui ? Il est en couple ?

Martin : Oui. Actuellement il est en couple depuis plus de 1 an même s’il s’est séparé plusieurs fois de son homme… On s’écrit environ tous les deux jours…

 

Culture Gay : On va se faire l’avocat du Diable, mais parfois les gens ont peur d’être blessant, surtout en famille. Et si votre filiation n’était qu’un prétexte car tu ne lui plais pas ?

Martin : Je ne pense pas, car ce ne sont pas les mots qu’il m’a dit lors de nos différentes discussions. Cet été, encore… 😉

 

Culture Gay : C’est vrai que vous êtes très mignons tous les deux Serais-tu prêt à quitter Rennes, tes amis, ta famille et ton emploi pour aller vivre avec lui à Paris ?

Martin : Merciii c’est gentil ! 🙂 Ah ! Oui sans aucune hésitation !

 

Culture Gay : Et si le problème n’était pas simplement sexuel. Il sait que vous tu as tel comportement sexuel et il a envie d’autre chose ?

Martin : Ah ! Bah ! De ce côté là moi je suis principalement actif et lui les 2…

 

Culture Gay : Et si on te disait que chasser dans la famille c’est la solution de facilité, que répondrais-tu ?

Martin : Je vous répondrais que, certes c’est dans la famille, mais avant toute chose, c’est notre cœur qui parle ! Et que jamais il ne bat aussi fort que lorsque nous sommes l’un avec l’autre !

 

Culture Gay : Que peut-on te souhaiter pour  2018 ?

Martin : J’espère qu’un jour on passera le cap… et que je souhaite qu’on soit heureux …Merciii Beaucoup… votre page est superbe ! Merci pour votre écoute et vos questions… Bises ! 🙂

 

Culture Gay : Merci beaucoup à toi, Martin, on croise les doigts pour que votre histoire se concrétise et vous soyez heureux ! 🙂

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

L’addiction au porno est une maladie qui rend ses victimes malheureuses

L’addiction au porno est une maladie qui rend ses victimes malheureuses

 

Culture Gay : Bonjour Valentin. Tu as partagé ta vie avec un garçon qui était accro aux films X gays. Comment as-tu découvert cet intérêt ? Était-il déjà accro avant votre rencontre ?

Valentin : Il était en effet déjà accro avant notre rencontre. il regardait en effet une dizaine de film par jour. Il était totalement décomplexé et pouvait visionner ses films avec ou sans ma présence, cela ne le dérangeait nullement. il ne se masturbait pas forcément voir très peu lors des visionnages, mais il commentait plutôt, du style : « ah oui ! Purée ! Celui là il en a une grosse ! » Il aimait les scènes avec des rebeu, dans les caves, etc.

 

Culture Gay : T’es-tu déjà demandé si les films n’avaient pas finalement comme but de t’exciter toi et ainsi de zapper les préliminaires ?

Valentin : Non pas du tout, c’était une façon pour lui de se nourrir de sexe au sens propre comme au sens figuré. J’ai appris par la suite qu’il me trompait régulièrement avec des hommes qu’il faisait venir à la maison durant mes absences, quand j’étais au bureau. En fait, je me suis rendu compte trop tard que je vivais avec quelqu’un de très tourmenté et qui avait un vrai problème d’addiction au films X et donc au sexe…

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Mes parents m’interdisent de voir mon copain

Alexandre, 15 ans : Mes parents m’interdisent de voir mon copain

Âgé de 15 ans, Alexandre a appelé Culture Gay à l’aide, car ses parents lui ont interdit de voir son copain de 17 ans. Il a accepté de témoigner pour nous.

 

Culture Gay : Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alexandre : Bonjour. J’ai 15 ans. J’ai deux sœur 12 ans et 18 ans et mais parents sont toujours ensemble. Il a un peu plus d’un an je me suis rendu compte que j’étais attiré par des garçons et que les filles ne m’attiraient plus du tout.

 

Culture Gay : Tu étais seulement attiré par les garçons ou tu en fréquentais déjà ?

Alexandre : Non. J’étais en couple avec mon premier copain qui a 17 ans avec qui j’avais des relations.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Mister Gay France 2018, c’est lui !

Bruno Solari : « Pourquoi pas moi ? »

Bruno Solari, 44 ans, est originaire du Vaucluse. Il mesure 1,71m et porte du 38. C’est son expérience dans le circuit des concours de beauté de 15ans qui l’a décidé à se lancer à son tour dans l’aventure. Il est par ailleurs propriétaire de plusieurs marques de concours depuis 5 ans et également chef d’une entreprise dans la viticulture. Interview.

 

Culture Gay : Bonjour Bruno Solari, vous êtes le nouveau Mister Gay 2018. D’abord toutes nos félicitations ! Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans l’aventure Mister Gay 2018 ? Vous vous êtes dit « Moi aussi je peux le faire » ?

Bruno Solari – Mister Gay France 2018 : Merci beaucoup ! Non, pas du tout. C’est la continuité de mon travail et la récompense de celui-ci. Ce qui m’a motivé, c’est plutôt le challenge de représenter ce concours prestigieux. En étant Gentleman France, on se prend au jeu, on cherche à exister. Mais se faire repérer sur son travail et sa passion, c’est juste extraordinaire, vous ne trouvez pas ? Et plus justement et « pourquoi pas moi »…

 

Culture Gay : Cette élection s’est déroulée sans le support des magazines gays traditionnels. Pourquoi ? Comment s’est-elle passée ?

Bruno Solari – Mister Gay France 2018 : Pourquoi ? Parce que à mon humble avis l’organisation ne voulait pas tomber dans le ghetto mais élargir, s’ouvrir. Mon élection s’est passée en plusieur phases j’ai été repéré par le délégué de Belgique. Et ensuite j’ai eu une discussion à propos de mes motivations avec un organisateur de l’organisation international. Ensuite, après l’acceptation en demande d’ami sur Facebook  du fondateur, j’ai eu une discussion pour me présenter et puis ma candidature a été validée. Ils m’ont demandé ce que je pourrais pour que leur marque soit mise en avant sur le territoire national. Étant dans le circuit des concours de beauté, je vais pouvoir les valoriser sur mes différents événements et faire un mix avec le milieu gay, gay pride, salons, discothèques et autres.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone