Netflix nous régale avec The Windsors

Le casting de The Windsors

Netflix a eu la bonne idée de mettre la famille royale d’Angleterre en scène dans une parodie britannique digne de la cultissime série québécoise “Le Cœur a ses raisons”. Nous retrouvons donc le Prince Edward, le Prince Andrew, Sarah Ferguson, Pippa Middleton, le Prince Harry, le Prince Charles, Camila, Wills, Kate, Beatrice et Eugenie à travers des situations de plus en plus loufoques au fil des épisodes. Pippa et Camila qui font un travail de sape remarquable. Le Prince William se rêve en ambulancier et nettoie les sols d’un fast food incognito pour vivre comme le commun des britanniques. Kate a des racines gitanes cachées et ce passé ne va pas tarder à remonter à la surface. Le Prince Harry ne sait ni lire ni écrire et passe son temps à boire, fumer et coucher avec toutes les filles. Bref, si vous êtes abonné à Netflix, fous rires garantis (patientez au moins jusqu’au troisième épisode pour vous laisser convainque 😉 ).

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Anne Pigalle, la muse des stars n’a pas dit son dernier mot

Anne Pigalle, artiste aux multiples talents

Anne Pigalle est une icône underground qui a choisi l’Angleterre pour patrie. C’est une artiste avec un A comme Amour, une muse discrète mais que l’on a vu partout. Vous l’avez peut-être rencontrée sans le savoir, au détour d’une publicité pour du parfum, sur une couverture de magazine, dans une exposition, derrière des lunettes de soleil, chez Ardisson ou à un concert.

 

Jimmy Sabater : Bonjour Anne Pigalle. Vous vous définissez comme artiste “multimédia” pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Anne Pigalle : Bonjour ! Je suis primordialement une chanteuse , c’est a dire que la voix et l’émotion est mon intérêt principal (même si je fus brièvement guitariste dans un groupe de filles punk a l’époque) . Après vient l’écriture des chansons, leur production, musicienne, vidéaste, poète, peintre, photographe, performeuse, et j’en oublie. Je commence le film pour mon prochain album en janvier en tant que cinéaste, interprète et chanteuse, évidemment. Je me mets en scène, je fais mon cinéma. Je n’aime pas tellement cette expression de multi média artiste, alors parfois, je me fais aussi appelée The last Chanteuse, pour rappeler l’opposé de multi media artiste et peut être sa complémentarité dans non travail. S’y retrouve qui pourra ou qui voudra. Mon travail a regroupé et développé toutes ces techniques ces 15 dernières années, je peux même dire que quand j’ai commencé à peindre, il y avait peu de chanteurs/chanteuses qui le faisaient, donc toujours un peu a l’avant garde, votre chanteuse. Mais toutes ces facettes sont reliées à mon travail de performeuse, jamais séparées, pour créer the big picture. Je pourrais m’étaler sur ce chapitre de ma vie mais tout ce travail se culmine dans le projet sur lequel je travaille actuellement, donc, a suivre…

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Mister Gay France 2018, c’est lui !

Bruno Solari : « Pourquoi pas moi ? »

Bruno Solari, 44 ans, est originaire du Vaucluse. Il mesure 1,71m et porte du 38. C’est son expérience dans le circuit des concours de beauté de 15ans qui l’a décidé à se lancer à son tour dans l’aventure. Il est par ailleurs propriétaire de plusieurs marques de concours depuis 5 ans et également chef d’une entreprise dans la viticulture. Interview.

 

Culture Gay : Bonjour Bruno Solari, vous êtes le nouveau Mister Gay 2018. D’abord toutes nos félicitations ! Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans l’aventure Mister Gay 2018 ? Vous vous êtes dit « Moi aussi je peux le faire » ?

Bruno Solari – Mister Gay France 2018 : Merci beaucoup ! Non, pas du tout. C’est la continuité de mon travail et la récompense de celui-ci. Ce qui m’a motivé, c’est plutôt le challenge de représenter ce concours prestigieux. En étant Gentleman France, on se prend au jeu, on cherche à exister. Mais se faire repérer sur son travail et sa passion, c’est juste extraordinaire, vous ne trouvez pas ? Et plus justement et « pourquoi pas moi »…

 

Culture Gay : Cette élection s’est déroulée sans le support des magazines gays traditionnels. Pourquoi ? Comment s’est-elle passée ?

Bruno Solari – Mister Gay France 2018 : Pourquoi ? Parce que à mon humble avis l’organisation ne voulait pas tomber dans le ghetto mais élargir, s’ouvrir. Mon élection s’est passée en plusieur phases j’ai été repéré par le délégué de Belgique. Et ensuite j’ai eu une discussion à propos de mes motivations avec un organisateur de l’organisation international. Ensuite, après l’acceptation en demande d’ami sur Facebook  du fondateur, j’ai eu une discussion pour me présenter et puis ma candidature a été validée. Ils m’ont demandé ce que je pourrais pour que leur marque soit mise en avant sur le territoire national. Étant dans le circuit des concours de beauté, je vais pouvoir les valoriser sur mes différents événements et faire un mix avec le milieu gay, gay pride, salons, discothèques et autres.

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Paris is Burning ! (VOSTFR Film complet)

Filmé à partir du milieu des années 1980, Paris is Burning s’intéresse à la ball culture new-yorkaise. Pendant sept ans, Jennie Livingston, se rend à des « bals » organisé par la communauté LGBT afro-américaine et hispanique. Au cours de ces soirées, les participants s’affrontent dans des défilés ou à travers la danse. C’est dans ces bals qu’est née le voguing. Paris Is Burning alterne entre les scènes de bal et les interviews avec des participants sur les problèmes de santé, de racisme, d’orientation sexuelle, etc…

Article complet (Wikipédia)

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

Stéphane Bairin De Cock, medium LGBT

Stéphane Bairin De Cock, medium

 

Stéphane Bairin De Cock est un médium très populaire sur la télévision et la radio belges. Il a toujours assumé son homosexualité et a même partagé avec Culture Gay quelques photos de son mariage avec son compagnon. Il a accepté de répondre à nos questions.

 

Culture Gay : Bonjour Stéphane, comment avez-vous découvert votre don pour la voyance ?

Stéphane Bairin De Cock : J’ai un don de naissance que j’ai découvert vers l’âge de 14 ans. Certaines prédictions que je faisais à mes amis d’école se réalisaient. Ce qui m’a valu une adolescence difficile car je devais gérer ce don et en même temps certaines personnes me prenaient pour un fou lol…

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

40 ans de Cage aux folles ! par Stéphane Milhomme

La Cage aux folles est synonyme d’œuvre caricaturale pour les uns, de chef d’œuvre comique pour les autres, de fait de société pour le grand public. Qui n’a pas ri au moins une fois devant le mythique duo Poiret/Serrault, Zaza/Albin ? Si la pièce n’a jamais été filmée dans son intégralité, il ne reste que la scène de la biscotte et les 3 films. Stéphane Milhomme a eu la bonne idée de rassembler ici de multiples archives pour créer ce livre de dimension historique, véritable making-of de cette œuvre cultissime. On se régale en pénétrant dans les coulisses de cette création inoubliable, 40 ans après la sortie de ce monument culturel français.

 

La cage aux folles, un mariage gay théâtral de Stéphane Milhomme

CG : Bonjour Stéphane Milhomme, vous êtes journaliste et vous venez de sortir “La cage aux folles – Un mariage gay théâtral”, aux éditions Textes Gais. Pourquoi avoir exhumé cette pièce et ces films de l’histoire LGBT ?

Stéphane Milhomme : Un de mes copains, Franck, est fan de cette pièce et des trois films qui ont suivi. A chaque fois que l’on se voit, nous jouons à échanger des répliques ! Quand j’ai voulu lui offrir un livre sur La cage aux folles pour son anniversaire, je n’en ai pas trouvé alors qu’il y en a sur Les tontons flingueurs ou Le Père Noël est une ordure. Alors j’ai décidé de lui écrire.

 

CG : Dans La cage aux folles – Un mariage gay théâtral, on apprend que la première véritable ébauche de la Cage aux Folles est née en 1958 dans un sketch où Serrault et Poiret tiennent un magasin d’antiquité (Jacqueline Maillan) leur donne la réplique :

Stéphane Milhomme : Oui, les deux comiques forment un duo à travers de petits sketches. Et Poiret a écrit ce texte pour se moquer gentiment de deux antiquaires gays, à deux pas de chez lui … C’est à ce moment que Serrault s’accorde le rôle du vendeur « précieux » et Poiret joue le compagnon un peu dominant qui veut lui faire des malheurs !

Lire la suite…

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone