Anne Pigalle, la muse des stars n’a pas dit son dernier mot

Anne Pigalle, artiste aux multiples talents

Anne Pigalle est une icône underground qui a choisi l’Angleterre pour patrie. C’est une artiste avec un A comme Amour, une muse discrète mais que l’on a vu partout. Vous l’avez peut-être rencontrée sans le savoir, au détour d’une publicité pour du parfum, sur une couverture de magazine, dans une exposition, derrière des lunettes de soleil, chez Ardisson ou à un concert.

 

Jimmy Sabater : Bonjour Anne Pigalle. Vous vous définissez comme artiste “multimédia” pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Anne Pigalle : Bonjour ! Je suis primordialement une chanteuse , c’est a dire que la voix et l’émotion est mon intérêt principal (même si je fus brièvement guitariste dans un groupe de filles punk a l’époque) . Après vient l’écriture des chansons, leur production, musicienne, vidéaste, poète, peintre, photographe, performeuse, et j’en oublie. Je commence le film pour mon prochain album en janvier en tant que cinéaste, interprète et chanteuse, évidemment. Je me mets en scène, je fais mon cinéma. Je n’aime pas tellement cette expression de multi média artiste, alors parfois, je me fais aussi appelée The last Chanteuse, pour rappeler l’opposé de multi media artiste et peut être sa complémentarité dans non travail. S’y retrouve qui pourra ou qui voudra. Mon travail a regroupé et développé toutes ces techniques ces 15 dernières années, je peux même dire que quand j’ai commencé à peindre, il y avait peu de chanteurs/chanteuses qui le faisaient, donc toujours un peu a l’avant garde, votre chanteuse. Mais toutes ces facettes sont reliées à mon travail de performeuse, jamais séparées, pour créer the big picture. Je pourrais m’étaler sur ce chapitre de ma vie mais tout ce travail se culmine dans le projet sur lequel je travaille actuellement, donc, a suivre…

Lire la suite…

Lizzie Felton : C’est ma passion pour l’écriture qui m’a faite chanter

Lizzie Felton signe un morceau de pop électro sur lequel elle pose sa voix, comme un bonbon acidulé sur un lit de miel. On accroche dès la première écoute et on rêve que les médias hétéros mettent leurs à priori de côté pour passer ce délicieux morceau en boucle sur les radios nationales. Interview.

Lizzie Felton

Lizzie Felton

CG : Bonjour Lizzie Felton, peux-tu te présenter à celles et ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Lizzie Felton : Bonjour à tous, je m’appelle Lizzie Felton, je vagabonde entre Paris et Strasbourg, entre l’écriture et la musique. Je fais partie du groupe pop-rock Tybalt et Mercutio, et je lance à présent mon projet musical en solo, plus électro pop, dont « Cara » est le tout premier extrait. À côté de cela, j’écris beaucoup. Mon premier roman « Les amoureux de la lune » parraitra d’ailleurs dans quelques mois en librairie.

 

CG : Tu signes un morceau d’électro simple mais redoutablement efficace. Comment es-tu venue à la musique ?

Lizzie Felton : Je suis venue à la musique assez tardivement, et pour deux raisons. Tout d’abord, j’ai commencé à écrire des textes musicaux, et j’ai eu envie de les mettre en musique. C’est donc ma passion pour l’écriture qui m’a fait chanter. Mais il y a aussi eu la découverte de Mylène Farmer, quand j’étais ado, et de qui j’ai été très fan pendant des années. Ce n’était pas purement musical, c’était un tout ; ses clips, ses shows, son univers, sa sensibilité. Tout ça me touchait profondément. J’étais fascinée !

Lire la suite…

La musique métal et la communauté LGBT

Alors qu’une icône gay se produisait à Bercy début juillet (Céline Dion) nous allons aborder un sujet à la fois proche et hors sujet. Proche, car nous allons parler de musique mais alors que le Hellfest a fermé ses portes il y a quelques semaines, nous allons aborder la musique métal et les LGBT. Trop souvent jugés sur des aprioris parfois douteux, nous allons vous démontrer qu’être métalleux ce n’est pas forcément synonyme d’homophobie et ou de culte sataniste…

Keith Caputo, chanteur du groupe Life of Agony a fait le choix de changer de sexe pour devenir Mina Caputo

Keith Caputo, chanteur du groupe Life of Agony a fait le choix de changer de sexe pour devenir Mina Caputo

Il faut savoir que le métal ce n’est pas « le fou furieux qui hurle dans un micro avec une voix d’outre-tombe » mais qu’ « En réalité ça ne représente qu’une toute petite partie du métal… » (Marc, Gay 35 ans) bien que « Les préjugés ont la vie dure, les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas et ne cherchent pas à comprendre. C’est un monde à part qui a ses codes et ses coutumes, qui peuvent être dingues et effrayants (et marrants aussi quand même) » comme le souligne Laura, bisexuelle de 24 ans.

La musique quelle qu’elle soit, rassemble et pourtant bien que le métal véhicule une image négative.

Lire la suite…