Culture Gay à nouveau bloquée par Facebook

Depuis vendredi 11 octobre nous avons constaté une baisse considérable de l’audience de notre page Facebook. Nous venions de dépasser le cap des 100.000 fans et encore plus d’abonnés, soit 150.000 personnes atteintes/semaine.

Différentes fonctions (comme la programmation) se sont brusquement arrêtées et les statistiques n’affichaient qu’une ou deux personnes atteintes. Nous avons reçu le message “Vous êtes passés en mode restreint“, sans aucune autre explication supplémentaire de la part du réseau social. Ce n’est qu’en nous connectant sur un Mac que nous avons lu ce message.

Nous avons aussitôt demandé des explications sans obtenir de réponse. Le blocage devrait durer jusqu’au 18 octobre inclus.

Ce n’est pas la première fois que la page Facebook de Culture Gay se fait bloquer. Les modérateurs, basés souvent dans les pays pauvres, ne font parfois pas preuve d’une grande sensibilité. Ainsi pour la photo d’un simple baiser, ou d’un homme en short torse nu, la page avait déjà été censurée. Espérons que que les censeurs revoient rapidement leur jugement totalement arbitraire et des plus obscurs.

Vous voulez soutenir l’action de Culture Gay ? Rendez-vous sur Tipeee afin de nous laisser un petit don.

 

 

 

Exposition : God Save The Queen(s)

Emmanuel Barrouyer, Victorien Biet, François Harray et Marc Kiska, exposent à Bruxelles des photographies et des collages sous le titre “God Save The Queen(s)”. Les Queers passent par toutes les couleurs car ces quatre artistes reconnus redéfinissent les codes LGBTQ+ sous leur prisme engagé. Ils ont accepté de répondre à nos questions.

 

Culture Gay : Bonjour, pouvez-vous résumer votre parcours et vos activités artistiques en quelques lignes ?

Bad Angel par François Harray

François Harray : Suite à des études d’histoire de l’art et de photographie (studio) j’ai créé le concept Il était un[e]Q qui détourne des œuvres majeurs de l’histoire de l’art en tableaux photographiques Queer (au sens ou l’être queer est non définisable) Il questionne le déterminisme social et religieux, la notion de genre, le politiquement correct et la vision réductrice hétéronormative. Il s’agit d’une étude empirique revendiquant l’altérité par opposition à l’exclusion. Mon concept résiste à l’ordre moral et la pensée unique. Il en est de même au niveau de mon travail d’écrivain.

Emmanuel Barrouyer : Je suis un artiste pluridisciplinaire autodidacte français. En parallèle à une carrière de comédien, je donne libre cours à ma créativité à travers le collage et la photographie. Dans mes collages, je crée un imaginaire hybride et décalé en donnant vie à des œuvres minimalistes conçues à partir d’images existantes, colorées et pop, découpées dans des magazines, des brochures ou des livres d’art, trouvés au hasard.

Je me plaîs à inventer un univers redéfinissant les codes de la masculinité et de la féminité de manière totalement queer, poétique, voire humoristique.

Hommes et femmes perdent souvent leurs visages au profit de lèvres pulpeuses, de bijoux ou encore de carapaces d’insectes. Ils côtoient comtesses et marquis, héros antiques ou martyrs religieux issus de peintures de Maîtres. Et l’image finale, épurée, où chaque élément nouveau trouve sa juste place, devient le théâtre de tous les fantasmes. Lire la suite…

Nora Pinosa, d’art et d’humour

L’artiste espagnol Nora Pinosa s’amuse à compiler des tableaux de maîtres à des photographies homoérotiques. Curieusement, l’effet rendu est très noble, tirant parfois vers le second degré, comme cette madonne tenant dans ses bras des chérubins dont les visages ont été remplacés par la photo de deux hommes s’embrassant à pleines lèvres. On aime aussi Madonna en religieuse avec une sucette en bouche. Chevalier antique aux jambes chevauchant une moto, vierge romantique à la poitrine scandaleuse, on pourrait passer des heures à scruter ces collages qui prouvent que si la beauté n’est pas toujours une question de proportions, le diable lui, se niche toujours dans les détails.

Lire la suite…

La Culture Gay dans les années 80

Eighties le podcast analyse les années 80 avec beaucoup d’humour et surtout une riche documentation sonore. Retrouvez l’affaire Mourousi, les débuts du Sida, les chanteurs engagés comme Bronski Beat, Frankie Goes to Hollywood, Bowie, etc. Une excellente écoute en perspective !

 

Séries : Innocence Bangkok Love Stories

L’avantage avec Netflix, c’est que le service s’adapte en fonction de vos goûts. Plus vous allez regarder de films/séries LGBT, plus le service vous en proposera. Ainsi, si vous êtes curieux et que vous regardez ce qui est diffusé en Asie, vous aurez accès à Innocence Bangkok Love Stories. Certes, ce n’est pas du niveau de certaines séries américaines, anglaises ou espagnoles, mais les images sont extrêmement belles.

Très vite, au milieu de nombreux personnages hauts en couleurs, on se demande si Simon et Keaton vont finir ensemble. Tout semble tellement les opposer qu’on les sent très attirés l’un par l’autre. Les romances s’enchaînent, se croisent, se terminent et commencent. Si vous aimez l’eau de rose, vous allez vous régaler, mais si vous aimez les images bien léchées ou les corps asiatiques également, car certaines scène sont d’une grande sensualité.

Pour plus d’infos.

 

Youtube et son offre LGBT

Google essaie de reprendre la recette qui a fait le succès de tous ses concurrents, même s’il est difficile d’être bon sur tous les fronts. Après le moteur de recherche, les mails, la suite bureautique, le stockage, la musique…, le géant du net essaie de transformer Youtube en monétisant certains contenus.

Une nouvelle catégorie LGBT pourra vous dépanner pendant une soirée, mais l’offre paraît ridicule (10 films), quand on sait que des dizaines de milliers de titres sont proposés gratuitement par les auteurs gratuitement hors catalogue.

On aimerait vraiment un service qui propose une grande partie de l’immense culture LGBT. Netflix propose du contenu (en grande partie américain), mais cette catégorie fait encore figure de parent pauvre comparée . Le site Sens critique recense plus de 120 films on aimerait trop les avoir tous à portée de télécommande ou de tablette

Films gays et LGBT sur Youtube

La culture est l’un des droits fondamentaux de l’homme. Les LGBT sont encore très en retard sur cette question, un comble quand on sait que nous sommes dans les plus grands consommateurs de culture !

 

Le diable est magnifique de Nicolás Videla

Le chien qui aboie présente, avec l’association pour la promotion et la diffusion du cinéma en amérique latine, Le diable est magnifique de Nicolás Videla

Le diable est magnifique – du réalisateur chilien Nicolás Videla retrace le parcours de Manu à Paris. Jeune chilienne, transgenre et séductrice, celle-ci bataille au quotidien pour vivre comme elle l’entend.

El Perro que Ladra a projeté ce film hybride – docu-fiction – aux mois de mars et mai derniers en présence de sa protagoniste: la sulfureuse Manuela Guevara qui a échangé avec le public parisien sur cette oeuvre en partie autobiographique.

La prospection de films colombiens pour le Panorama, fût également la découverte de Señorita María, la falda de la montaña: un portrait magique, douloureux et poétique d’une femme Trans dans le monde rurale du petit village de Boavita dans le département de Boyacá, région montagneuse, froide, peuplée de paysans introvertis et conservateurs dans le centre de la Colombie.

La section parallèle de cette année dévoile un monde fantastique et vous propose un voyage latino-américain dans la vie nocturne des rues de San José du Costa Rica avec Véronica, travailleuse du sexe; des spectacles de Linn da Quebrada à Saô Paulo, la «terroriste du genre» qui combat préjugés sexuels et raciaux avec son arme anti-machiste: sa voix, son corp et ses compositions funk; et pour finir 4 personnages trans à Santiago du Chili, à la recherche de liberté, de respect et de dignité.

Le chien qui aboie est ravi de mettre en lumière la trans-identité et son refus de se voir imposer des rôles genrés avec les atteintes aux libertés, aux rêves, à l’épanouissement personnel et aux projets de vie de chaque individu, que cela implique.

http://www.lesecransdeparis.fr/