En Algérie le viol des gays est courant

« En Algérie, le viol des gays est courant », selon Kamel, 24 ans.

« En Algérie, le viol des gays est courant », selon Kamel, 24 ans.

Kamel est un jeune gay algérien qui nous a appelé à l’aide à de multiples reprises via notre formulaire anonyme. Cette fois, il a accepté de répondre à nos question et de partager son expérience avec nous.

 

Culture Gay : Quels sont les droits des gays en Algérie, actuellement ?

Kamel : Nous risquons une peine de prison 3 ans et une grosse amende à payer. Cela crée toutes sortes d’abus. Par exemple j’ai invité un mec chez moi et les choses se sont mal passées. Il m’a violé et ensuite il a volé mon PC ainsi que celui de mon frère. Il nous a dérobé également de l’argent. Lorsque la police a mené son enquête, c’est moi qui me suis retrouvé en prison. Heureusement mon père a réussi à me sortir de là au bout de quelques jours. Mais c’était l’horreur.

 

Culture Gay : Les gays ne sont-ils pas représentés ? Il n’y a pas d’associations de défenseurs des gays ou des artistes connus qui affichent publiquement leur homosexualité en Algérie ?

Kamel : Ah ! Non, malheureusement ! Je ne crois pas. Je n’ai jamais vu de gay pride, de marche des fiertés ou de trucs de ce genre…

Culture Gay : Tu es jeune et très mignon, tu dois beaucoup plaire. Comment réagissent les gens autour de toi. Ils ne se doutent de ton homosexualité ?

Kamel : Merci beaucoup pour le compliment… Je dois rester très discret. Évidemment, certains s’en doute, mais la plupart, non.

 

Culture Gay : Comment font les gays pour se rencontrer ? Ils utilisent des sites ou des applications ? Comment savoir si on ne va pas tomber sur un taré homophobe ?

Kamel : J’utilise Facebook ou des application comme Grindr. Mais on doit se méfier, car il y a beaucoup d’homophobes qui créent de faux profils avec les photos d’autres personnes. Je les repère parce qu’en général ils ne savent pas trop de quoi ils parlent. Ils essaient de donner des rendez-vous dans des lieux dangereux. Moi, je ne rencontre pas le mec si je ne le vois pas d’abord en cam-to-cam.

 

Culture Gay : Connais-tu des garçons qui se sont fait piéger et qui se sont retrouvés en prison à cause de leur homosexualité ?

Kamel : Oui moi. Bon, c’est vrai, je n’y ai passé que 3 jours. Mais j’ai été frappé. C’était vraiment une expérience insupportable. Heureusement, on m’a placé dans une cellule seul, je n’ose pas imaginer ce qui arrive aux autres détenus gays qui sont mélangés avec les autres prisonniers.

 

Culture Gay : La répression doit générer des frustrations difficiles à gérer…  

Kamel : Effectivement. Je n’avais que 13 ans, lorsque j’ai été piégé par un voisin de 25 ans. J’étais l’ami de son jeune frère qui avait mon âge. Il m’a retenu de force et m’a frappé. Ensuite il m’a déshabillé et puis il a commencé à me faire des trucs dégueu… Excuse-moi de ne pas en parler davantage. Ce souvenir est très douloureux pour moi, je préfère ne pas en parler…

 

Culture Gay : Est-ce que tu penses que ce genre de viols n’arriverait pas si les hommes pouvaient exprimer leur sexualité plus librement ?

Kamel : Tout à fait. La répression profite à toutes sortes de crapules. Les gays ne valent pas grand-chose à leurs yeux. Les viols de gays sont extrêmement courants, même les policiers le pratiquent. C’est pratique vu que ce sont les gays qui sont condamnés.

 

Culture Gay : Dans un tel contexte, comment fais-tu pour vivre ta sexualité ? Tu es jeune et super mignon…

Kamel : Merci, merci… Je ne rencontre quasiment personne, car c’est trop dangereux. J’ai tellement peur que ça tourne mal. Je suis célibataire depuis 2 ans. Ma plus longue relation n’a pas duré plus de deux mois…

 

Culture Gay : Selon toi, qu’est-ce qui devrait changer en Algérie pour que tu puisses vivre ta sexualité librement ?

Kamel : Franchement je ne crois pas au changement. Rien ne bougera en Algérie. Il faudrait que les gens laissent vivre les autres tranquillement, sans intervenir. Pour moi la solution ce serait de quitter ce pays.

 

Culture Gay : Comment vois-tu les occidentaux qui peuvent faire autant de rencontres qu’ils le désirent ?

Kamel : Cette liberté me fait rêver, évidemment. J’aimerais tellement rencontrer un mec discret hyper viril. Je ne suis pas trop attiré par les minets un peu efféminés dans mon genre. Je ne désespère pas de réaliser mon rêve…

 

Culture Gay : Merci beaucoup, Kamel !

Kamel : Merci Culture Gay de m’avoir donné la parole !

9 thoughts on “En Algérie le viol des gays est courant”

  1. slt kamel moi c noel je suis en france et c vrai que pour nous les gay on est un peu plus libre qu en ALGERIE courage a toi jeune homme peut etre que tu finiras par venir en france

  2. Bonjour Kamel, à toi et à tous tes frères gays et soeurs lesbiennes d’Algerie,
    Je suis une maman, hétérosexuelle et votre situation est si triste, moi-même à moitié algérienne je comprends ce poids de la tradition et surtout l’intolérance qui a grignoté le pays. J’espère que tu es ailleurs dans un autre pays car on ne le quitte pas sans avoir le coeur serré, on n’a qu’une seule vie, seul trésor de certain.nes, et non comme le dit en haut un commentaire que je trouve méprisant, on ne quitte pas son pays ” juste pour passer des soirées dans un bar gay”, on parle de vie, de liberté, d’avoir le choix et d’être heureux, tout simplement. Alors Kamel, toi qui a assez souffert, pars là où tu pourras vivre librement sans avoir une boule au ventre, profites de la vie car elle est belle mon garçon !
    Je suis de tous coeur avec vous, car si mon enfant se révèle LGBTQ, rien ne changera dans mon coeur, il est comme il est, je l’aimerais avec autant d’amour, je suis une maman poule 🙂

  3. o.O je suis en algerie et c vrai que faut pas que tu sois demasqué mais j’ai fait pas mal de relations et rencontres et meme lorsqu’elles n’aboutissent a rien jme tire sans moindre probleme ,et c un peu bizzare de rever de quitter ta famille .. ton pays juste pour passer des soirées dans un bar gay … il faut avoir de vrais reves et etre plus rentable … enfin c mon avis seulement bonne chance

  4. Salut Kamel, autant te répondre directement ici, selon ta situation, tu peux demander un droit d’asile en France mais rien n’est garanti , tu as 24 ans et peux envoyer un mail à contact@le-refuge.org en expliquant ta situation et ton vécu, ce que tu as enduré , par contre il existe une association https://www.facebook.com/AAlouen/ dont voici le lien , à toi de voir si tu souhaites faire de l’activisme et en mème temps contribuer à faire changer les mentalités dans ton pays ou essayer de le quitter , la Belgique est aussi une piste à explorer par ailleurs comme terre d’accueil .Prends soin de toi l’ami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *